Plus d'un jeune Français sur deux craint une guerre mondiale

par I.N
Publié le 12 avril 2024 à 7h46, mis à jour le 12 avril 2024 à 10h31

Source : TF1 Info

D'après une étude publiée ce vendredi, les jeunes Français prennent le risque d'une guerre très au sérieux.
Plus d'une personne de 18-25 ans sur deux pense qu'une guerre mondiale est possible, ainsi qu'une guerre nucléaire.
Dans le même temps, les jeunes ne sont pas forcément réticents à s'engager.

La jeunesse face au risque de guerre. Plus de deux ans après le début de l'invasion en Ukraine, et alors que le ton est monté ces derniers mois entre la France et la Russie, l'hypothèse d'une guerre n'est plus si abstraite pour une bonne partie de la population. À commencer par les plus jeunes. D'après une étude du Cevipof et de l'Institut de recherche stratégique de l'école militaire (IRSEM) publiée ce vendredi 12 avril, la majorité des 18-25 ans prend ce risque très au sérieux.

Selon cette enquête révélée en exclusivité par LCI, 73% des interrogés se disent inquiets d'une possible extension du conflit au-delà de l'Ukraine. Une proportion similaire (69%) se montre également inquiète d'un possible conflit nucléaire, alors que la rhétorique nucléaire a déjà été employée à plusieurs reprises par la Russie. Dans le même temps, 60% des jeunes se rallient à l'idée qu'il pourrait y avoir une guerre civile, 58% une guerre mondiale, 52% une guerre nucléaire et même 47% une guerre sur le sol français.

Un service militaire obligatoire plébiscité

Pour se défendre, la majorité des 18-25 ans se montre prête à prendre les armes. Toujours d'après cette enquête, 57% des interrogés se disent prêts à s'engager dans les armées en cas de guerre, et 63% se disent prêts à se battre en tant que civil, sans être militaire, si le pays était attaqué. Concernant la guerre en Ukraine, 51% se déclarent prêts à s'engager pour défendre la France si la protection de la France nécessitait que le pays s'engage dans cette guerre.

En outre, 46% des jeunes Français interrogés se disent prêts à s'engager pour défendre un pays autre que le leur, tandis que 62% se positionnent comme favorables à l'instauration d'un nouveau service militaire obligatoire. "Les jeunes, qui seraient concernées au premier chef par une mobilisation, ne sont pas réticents", commente sur LCI Anne Muxel, directrice de recherche au CNRS et directrice déléguée du Cevipof, qui a dirigé l'étude (voir vidéo en tête de cet article). "Ils ne sont pas absents de cette éventuelle nécessité."

Étude d'Anne Muxel - "Les jeunes et la guerre, Représentations et dispositions à l'engagement", menée auprès d'un échantillon de 2301 personnes de 18 à 25 ans, représentatif de la jeunesse française.


I.N

Tout
TF1 Info