Halloween : la fête pour jouer à se faire peur

Halloween, Toussaint, fête des morts : c'est quoi la différence ?

par Maxence GEVIN
Publié le 31 octobre 2022 à 9h46
JT Perso

Source : JT 20h WE

Les fêtes s'enchaînent en cette fin octobre-début novembre.
Qu'est-ce qui différencie ou lie Halloween, la Toussaint et la fête des défunts ?
On vous dit tout.

Pour beaucoup, la Toussaint et la fête des morts représentent deux faces d'une unique et même pièce. Erreur. Si elles partagent des points communs, elles sont, bel et bien, célébrées à deux dates distinctes. Mais alors, quid d'Halloween ? De par ses origines, cette soirée, devenue plus "commerciale" au fil des années, leur est liée. Mais elle conserve également ses propres particularités. TF1 Info vous aide à y voir plus clair. 

Halloween

Halloween trouve ses racines dans l'antiquité, il y a de 2500 ans. Célébrée par les Celtes, la fête de Samain marquait le passage de l'ancienne à la nouvelle année. Elle constituait aussi l'occasion d'honorer l'esprit des défunts qui, selon la tradition, rejoignaient alors leurs familles. De grands feux de camp, rituels et buffets étaient organisés dans la nuit, au sixième jour de la lune de début novembre (ce qui correspond dans notre calendrier actuel à la nuit du 31 octobre au 1er novembre). "Les Celtes pensaient que, lors de la nuit du 31 octobre, la frontière était très fine entre le monde des vivants et des morts. Ils croyaient qu’ils devaient se déguiser, porter un masque, pour tromper les démons", développe Cynthia Simonet, guide touristique dans le comté de Meath (Irlande), dans le reportage de TF1 en tête de cet article. 

On retrouve les traces de cette fête païenne à l’époque moderne en Irlande. Ayant toujours lieu le 31 octobre, elle est alors devenue "All Hallow's Eve", littéralement "la veille de tous les saints". Mais c'est au XIXe siècle qu'Halloween a progressivement pris la forme qu'on lui connaît, lors de la migration massive des Irlandais - avec la crise de la pomme de terre - vers les États-Unis. "Les citrouilles étaient à la base des navets. Les Irlandais les creusaient. Mais quand ils ont émigré aux États-Unis. Les Américains ont préféré des citrouilles, plus faciles à creuser", indique Graine O’Callaghan, enseignante à la St Mary’s primary school de Dublin. 

Outre Atlantique, la fête se transforme lentement en la quête familiale aux friandises. Les enfants sortent dans la rue pour chanter et délivrer leurs meilleurs vœux. "La venue des enfants avait quelque chose de magique : si on ne leur donnait rien ou si on refusait de leur ouvrir la porte, on s’attirait une mauvaise année. C’est ce qui est devenu dans les années 1930 le 'trick or treat' américain", explique l'historienne Nadine Cretin, dans les colonnes de Géo.fr.

Dans les années qui suivent, cette tradition transformée fait le chemin inverse et s'invite en Europe, et en France.  

La Toussaint

La Toussaint, célébrée le 1er novembre, est une fête durant laquelle les Chrétiens commémorent "tous les saints, connus ou inconnus". "Si un certain nombre d’entre eux ont été officiellement reconnus, à l’issue d’une procédure dite de 'canonisation', et nous sont donnés en modèles, l’Église sait bien que beaucoup d’autres ont également vécu dans la fidélité à l’Évangile et au service de tous", explique l'Église catholique en France sur son site internet. "Cette fête est donc aussi l’occasion de rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté, par des chemins différents, parfois surprenants ou inattendus, mais tous accessibles", ajoute-t-elle. 

Contrairement à d'autres événements dans cette religion, la Toussaint ne trouve pas son origine dans les textes bibliques. Pendant longtemps, elle a d'ailleurs longtemps été célébrée à proximité des fêtes de Pâques et de la Pentecôte. C'est au VIIIᵉ siècle que le pape Grégoire III change sa date, pour la déplacer au 1er novembre. Les raisons avancées divergent, mais l'une d'elles veut que le Saint-Siège souhaitait faire de l'ombre à... Samain, qui se déroulait au même moment. Une façon de renforcer le rayonnement de l'Église face aux païens. À partir du XXᵉ siècle, le pape Pie X inscrit la "célébration de tous les saints" dans la liste des huit autres fêtes catholiques, avec obligation pour les chrétiens de se rendre à la messe. 

Elle fait aussi partie des onze jours fériés listés dans le Code du Travail. 

Lire aussi

Le jour des défunts

Célébré le 2 novembre, le jour des morts suit directement la Toussaint, mais a été créé plus tard, au Xe siècle. À ce moment, là, le monastère bénédictin de Cluny avait alors instauré la commémoration de tous les défunts, et non pas seulement des martyrs. L’Église a inscrit ce jour dans son calendrier universel plusieurs années plus tard. 

S'il a aussi - de facto - une dimension religieuse, cet événement est beaucoup moins important pour les chrétiens. Il est surtout dédié au souvenir des morts de la famille. C'est ainsi l'occasion d'aller fleurir les tombes des proches décédés. 

À noter que ce jour des défunts se retrouve, sous des formes différentes, dans plusieurs autres religions et cultures. "El Día de los muertos", au Mexique, figure par exemple au patrimoine mondial de l’Unesco. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info