Le 20h

Harcèlement scolaire : une ancienne victime raconte son calvaire

TF1
Publié le 11 mars 2021 à 10h00, mis à jour le 29 mars 2021 à 17h44

Source : JT 20h Semaine

REPORTAGE - Depuis plusieurs années, l'Éducation nationale tente de lutter contre le harcèlement scolaire. On estime que 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire chaque année. Nos journalistes ont recueilli le témoignage d'Anne-Liz Deba sur ce supplice.

Nous avons recueilli les témoignages de Anne-Liz Deba, aujourd'hui jeune femme de 19 ans en pleine reconstruction. Pour elle, tout débute en 6ᵉ avec des railleries qui ont dégénéré au fil des mois. Elle a commencé à recevoir des menaces de mort et les premiers coups et personne ne la croyait, ni les surveillants du collège ni les professeurs. Chez elle non plus Anne-Liz Deba n'osait pas en parler.

À sa rentrée en 4ème, le groupe qui la harcelait franchit un cap dans la violence. Anne-Liz Deba est aspergée d'essence et menacée avec un briquet. La jeune fille parvint à s'échapper et porta plainte avec sa mère. Cette plainte n'aboutit toutefois à aucune condamnation, mais le harcèlement s'est peu à peu calmé pour s'arrêter au bout de quelques mois.

Anne-Liz Deba est loin d'être un cas isolé. Face à la difficulté qu'ont les victimes à se faire entendre et reconnaître comme telle, des associations demandent que les harcèlements scolaire et en ligne deviennent un délit inscrit dans le Code pénal. Parmi elles, l'association Hugo. Hugo Martinez, son président, pense que la loi doit évoluer et aller vers la création du délit spécifique de harcèlement scolaire.

Découvrez le parcours de la Députée Laetitia Saint-Paul dans ce podcast d'Expertes à la Une

Écoutez cet épisode et abonnez vous via votre plateforme d'écoute préférée :

- Sur APPLE PODCAST

- Sur DEEZER

- Sur SPOTIFY

« EXPERTES A LA UNE » part à la rencontre de CELLES qui ont des choses à dire.  Leur parole ne sera pas interrompue par le son d’une voix plus forte ou plus grave. Les Expertes seront à l’honneur dans ce podcast car le savoir ne doit pas se  résumer à une moitié de l’Humanité. Les invitées sont des femmes légitimes dans leurs domaines de compétence, leur voix doit être entendue. Parfois trop invisibles, je plonge dans chaque épisode au cœur de leur univers intime ou professionnel, sous la forme d’une conversation pour les mettre dans la lumière.


TF1