Le WE

Hiver et Covid : le réseau électrique fragilisé

Publié le 28 novembre 2020 à 20h24
JT Perso

Source : JT 20h WE

Alors que les températures hivernales s'installent, la maintenance des centrales nucléaires a pris beaucoup de retard cette année à cause de la Covid. Les spécialistes craignent des coupures d'électricité s'ils n'arrivent pas à produire face à la demande.

C'est l'un des principaux sites nucléaires français. La centrale de Chinon a vu un de ses réacteurs à l'arrêt. Sept mois d'arrêt au total alors que normalement, les travaux de maintenance ne durent que quatre mois. Un retard dû au coronavirus. Les règles de distanciation physique ont imposé de restreindre les accès et de limiter le nombre d'ouvriers. "Ils peuvent être jusqu'à 400 à travailler ici, aujourd'hui, ils ne sont que 150. Ils doivent faire attention au Covid et porter des masques", constate notre journaliste sur place. Au cœur du réacteur, les 40 barres de combustibles nucléaires attendent leur chargement dans l'eau. Les immenses générateurs de vapeur ont été changés et protégés par des bâches. Le redémarrage n'est pas prévu avant décembre, car ils restent de nombreux travaux à réaliser.

À ce jour sur les 56 réacteurs nucléaires français, 12 sont à l'arrêt comme celui de Chinon. Cet hiver, leur production d'électricité va manquer. Les panneaux solaires, les éoliennes ne permettront pas d'équilibrer le réseau. Au centre national de régulation de RTE qui gère le transport de l'électricité, on ne cache pas une certaine inquiétude. Si cet hiver les températures sont très froides, 2 à 7° C en dessous des normales saisonnières, des coupures de courant pourraient intervenir. "On ne peut pas écarter ce risque-là, tout dépendra la vague de froid et des conditions climatiques sur le territoire. On ne peut pas écarter la possibilité qu'il n'y ait pas suffisamment de production pour couvrir la consommation", explique Jean-Paul Roubin, directeur de l'exploitation.

Pour éviter cette situation, EDF a rechargé en eau ses barrages hydroélectriques. Il faudra aussi compter sur les centrales à charbon et à gaz, de l'électricité disponible à la demande lors des pics de consommation.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info