Le Pas-de-Calais, touché par des crues dévastatrices, connaît un nouvel épisode pluvieux, qui pourrait encore aggraver la situation et maintient les sinistrés dans l'inquiétude.
Des routes, des champs, des maisons sont encore inondées.
Les 10.000 sinistrés ne peuvent plus vivre chez eux, tout leur quotidien est bouleversé.

 Le Pas-de-Calais traverse lundi un nouvel épisode pluvieux qui pourrait une fois encore engendrer des crues dévastatrices après une accalmie de 48 heures pendant le week-end, une situation jugée "préoccupante" par la préfecture. Les précipitations, sur des sols déjà saturés, devraient monter en intensité jusqu'à mardi, journée qui "pourrait être marquée par des pluies importantes et plus intenses", avec "un impact considérable sur les cours d’eau", a souligné la préfecture dimanche soir.

Ce lundi matin encore, l'eau n'en finit pas de monter. À Zoteux (Pas-de-Calais), une partie du village est toujours menacée par la crue. Dans les communes alentour, la pluie continue d'alimenter les torrents. Vanessa, une habitante, surveille avec inquiétude la météo : "Si ça remonte, ça re-rentre dans les maisons", dit-elle, inquiète. Depuis quatre jours, elle doit vivre dans ce gîte avec son compagnon et ses quatre enfants. Sa maison a été ravagée par les flots : "Le jour où le maire est venu nous chercher, en disant qu'il fallait courir vite, ça m'a fait bizarre", ajoute sa fille, très émue. 

"On est complètement perdus"

Lundi et mardi, les crèches et établissements scolaires de 279 communes du département sont fermés, soit un total de 388 établissements. Le département, qui a déjà subi la tempête Ciaran le 2 novembre, des crues record mardi et des précipitations intenses jeudi et vendredi, est placé lundi en vigilance jaune pluie inondation, vents violents et vagues-submersion. Les enfants ont pu sauver leurs affaires de cours, mais dans leurs têtes, ils ne pensent qu'aux inondations. "C'est très compliqué de se concentrer", constate Vanessa. Il est impossible de reprendre une vie normale pour les sinistrés, la plupart traumatisés. 

Certains viennent prendre le petit-déjeuner dans cette salle, l'un des seuls endroits où ils se sentent encore en sécurité. "Quand je me réveille, la première que je fais, c'est de regarder par terre où est l'eau", témoigne un habitant sinistré. "On est complètement perdus, on n'a plus aucun repère", dit-il. Plus de repère non plus ni de moyen de travailler pour Christine, également interrogée par l'équipe de TF1 : avec les routes bloquées, elle ne peut plus conduire jusqu'à son entreprise. "Tout le monde sait que je ne peux pas travailler", admet-elle. 

Une situation qui risque de durer encore des semaines, voire des mois, d'autant qu'un nouvel épisode pluvieux est attendu dès ce mardi. Les précipitations, sur des sols déjà saturés, devraient monter en intensité jusqu'à mardi, journée qui "pourrait être marquée par des pluies importantes et plus intenses", avec "un impact considérable sur les cours d'eau", a prévenu la préfecture. Vigicrues a maintenu lundi quatre cours d'eau du Pas-de-Calais et du Nord --la Canche, l'Aa, la Hem et la Lys canalisée-- en vigilance orange.


La rédaction de TF1info | Reportage : Lise Cloix, Julien Clouzeau et Jean-François Drouillet

Tout
TF1 Info