Après les violents affrontements, qui ont entraîné des dégâts considérables, la situation s'apaise progressivement en Nouvelle-Calédonie.
Mais pour certains habitants, le mal est déjà fait et le traumatisme bien réel.
La mort dans l'âme, ils ont décidé de tout quitter pour revenir en Métropole.

Les récents événements, avec des heurts d'une violence inouïe, ont laissé des traces en Nouvelle-Calédonie. En plus des sept morts, de nombreux locaux ressortent de ces quelques jours profondément traumatisés. Les émeutes ont même fait germer dans l'esprit de certains l'idée d'un départ de l'archipel, où les carcasses fumantes sont devenues monnaie courante. 

C'est le cas de Catherine qui, par crainte des représailles, a donné rendez-vous aux équipes de TF1 loin de chez elle. Les vols commerciaux n'ont repris que mercredi dernier, au compte-goutte, si bien qu'elle n'a pas encore réussi à obtenir un billet. Mais cela ne l'empêche pas de vouloir rejoindre la métropole à très court terme. "Le déménageur est venu, il y a eu le devis. C'est une évidence, il fallait que je parte", assure-t-elle. "Je n'ai jamais vu autant de haine. Je ne reconnais pas du tout le pays dans lequel j'ai vécu depuis 15 ans et demi", se désole-t-elle encore. 

Elle fait des cauchemars tous les soirs
Une Calédonienne au sujet de sa fille

Le long de la route menant vers le nord de la Nouméa, se succèdent les locaux calcinés de nombreuses entreprises. Frank travaillait dans l'une d'elles. Son patron l'a mis au chômage partiel en raison des affrontements. Alors, avec sa femme et ses deux filles, ils ont préféré faire leurs cartons. "Ça a un très gros impact sur mon salaire. Demain, je ne pourrais plus assurer le loyer, payer mes charges courantes", explique l'intéressé. 

Lui est né en Nouvelle-Calédonie, sa femme Alexandra y a vécu une dizaine d'années. S'ils ont décidé de laisser leur vie derrière eux, c'est aussi pour protéger leurs enfants. "Léonie a six ans. Elle fait des cauchemars tous les soirs, toutes les nuits", pointe sa compagne. "C'est compliqué d'avoir les mots parce qu'on est dans le stress. Les meilleures années de ma vie, c'était ici. Les filles sont d'ici. On a tout ici", s'étrangle-t-elle, la gorge serrée.  

La famille veut quitter la Nouvelle-Calédonie avant la fin août, en espérant ne pas avoir à lui dire adieu, mais seulement au revoir.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 Baptiste GUENAIS, Erina FOURNY

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info