En plein essor, l'arnaque à la dépanneuse sur la voie rapide peut coûter cher aux automobilistes qui en sont victimes.
Le principe : détourner les applications routières pour intervenir sur des pannes avant les entreprises mandatées par les assurances.

Certains les appellent les "dépanneurs pirates". De vraies entreprises mais aux pratiques peu scrupuleuses multiplient les dépannages malhonnêtes, comme l'illustre la séquence filmée par un professionnel mandaté dans le reportage en tête de cet article. Leur filon : repérer les pannes sans être appelés par l'assistance par le biais des applications routières où chaque automobiliste peut signaler un véhicule à l'arrêt sur les routes.  

"Dès l'instant où le véhicule en panne apparait sur le logiciel, ils arrivent et se font passer pour le dépanneur ou l'assurance ou la police", explique dans le reportage en tête de cet article Luc Le Baron, professionnel agréé, victime de cette concurrence déloyale tous les jours. "Ces gens-là profitent un peu de la détresse du client", estime encore le vice-président de la branche dépannage du syndicat professionnel Mobilians.

Comment éviter cette arnaque ?

Et pour cause, les clients victimes de cette fraude qui se généralise payent jusqu'à deux à trois fois plus cher. Certains se voient ainsi facturer le dépannage plus de 3000 euros. 

En témoigne, l'exemple de Dylan qui a été victime d’une telle tromperie il y a quelques jours après être tombé en panne sur une voie rapide. À peine avait-il raccroché avec son assurance que l’assistance était déjà là. Dylan n'a pas pensé sur l'instant à vérifier l'identité du dépanneur, mais une fois sa voiture remorquée, la prise en charge coûtait 282 euros, alors que son assurance lui avait indiqué que c'était gratuit. C’est à ce moment qu’il a compris qu'il s'agissait d'une arnaque : le dépanneur n'était en réalité pas celui mandaté par son assurance mais un concurrent qui l'avait repéré. 

Pour éviter ces fraudes, la seule solution consiste à bien vérifier les informations communiquées par l'assurance, la plupart du temps par sms. Autre conseil : se méfier des camions, sans aucune inscription, nom ou numéro de téléphone car il peut s'agir dans la plupart des cas d'entreprises malhonnêtes. 

Si la pratique des "dépanneurs pirates" est illégale, à noter toutefois qu'un dépanneur peut proposer ses services en dehors du cadre de l'assurance à condition d'agir en toute transparence avec le client et donc de ne pas lui mentir.


La rédaction de TF1 Reportage - Lise Cloix, Amandine Creff et Corinne Chevreton

Tout
TF1 Info