Le 13H

"Je n’ai jamais vu quelqu’un s’en servir" : à Lyon, une aire de covoiturage à 300.000 euros révolte les riverains

Léa Tintillier | Reportage TF1 Gaëlle Charnay
Publié le 31 octobre 2022 à 17h02
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

À Lyon, une aire de covoiturage flambant neuve a été installée.
Mais très peu de monde s’en sert.
Cela révolte les riverains, car elle a coûté 300.000 euros.

À Lyon, la nouvelle aire de covoiturage a tout pour plaire : des abribus, des panneaux rutilants et de jolies peintures. Et pourtant… "Je n’ai jamais vu quelqu’un s’en servir", sourit une jeune femme. "Ça ne fonctionne pas du tout. C’est vraiment catastrophique même", ajoute un jeune homme. 

Cette aire fait plus de 100 mètres de long et permet de covoiturer au départ du centre-ville. Mais depuis un an qu’elle existe, elle est désespérément vide. Alors, nous avons tenté de nous en servir en choisissant parmi les dix destinations qu’elle propose. Direction Villefranche, à 30 kilomètres de Lyon. Nous avons attendu, mais personne n’est jamais venu nous chercher. "J’ai vu des gens garés l’autre jour, mais ils étaient restés toute la journée", sourit une dame qui ne fait que passer en voiture. 

En effet, le dépose-minute sert visiblement de parking. Selon certains, l’aire est mal conçue. "Appuyer sur un bouton pour avoir quelqu’un qui vient vous chercher pour vous amener à destination, ça me semble un peu complexe", estime un homme. Elle n’est pas référencée sur les applications de covoiturage et serait mal placée. "Je pense que ce n’est pas l’endroit idéal. Il est difficile d’accès", reprend la jeune femme. "Ce n’est même pas vers une station de métro. Je ne comprends pas pourquoi ils ont mis ça là", ajoute Anne, une retraitée qui habite juste en face.  

Une aire qui a coûté 300.000 euros

Mais ce qui agace le plus les riverains, comme Anne, c’est son coût de 300.000 euros. "Ils ont enlevé quand même beaucoup de places de stationnement en plus. Pour ne servir à rien", poursuit la retraitée. 

Un gâchis que personne ne défend, y compris ceux qui l’ont installée : la métropole de Lyon. "C’est effectivement un projet du précédent mandat que nous avons mis en place parce qu’il correspondait à nos orientations politiques, mais il est apparu qu’il était incomplet et notamment qu’il manquait des gares de covoiturage, par exemple à Saint-Etienne pour que les deux fonctionnent ensemble", explique Fabien Bagnon, vice-président de la métropole de Lyon (EELV), en charge des mobilités actives. 

Lire aussi

Un nouvel investissement est donc prévu pour revoir son fonctionnement. Car elle n’est pas tout à fait inutile. Certains collègues s’y donnent rendez-vous pour covoiturer. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Gaëlle Charnay

Tout
TF1 Info