Actuellement, 93 départements sont encore concernés par des mesures de restriction d'eau en raison de la sécheresse.

En ce premier jour d'automne, le champ d'artichauts de Sébastien Bouget est méconnaissable. Un sol sec et des plantes en manque d'eau. "C'est le coup de chaud et le manque d'eau. Ça a complètement stressé la plante et là, elle ne pousse plus", explique-t-il. Sur ses parcelles, il n'a pas plu depuis le mois de mars. L'agriculteur récolte seulement 20 kg par jour, contre 2 000 habituellement en septembre.

Avec -50% de récolte d'artichauts sur toute la Bretagne, la région est en crise sécheresse depuis mi-août. Les cours d'eau et les nappes phréatiques sont au plus bas. La préfecture a pris des mesures pour freiner la consommation d'eau, notamment fermer les stations de lavage. Les véhicules prioritaires ne rapportent quasiment rien à un gérant. Il perçoit douze euros par jour contre 11 000 euros de charges à payer par mois. "Le manque d'eau, on comprend, mais ce qu'on a, ce sont les charges. Il faut les payer et on aimerait bien des aides de l’État", lance Thierry Strek, gérant d'une station de lavage.


TF1 | Reportage M. Pirckher, L. Larvor

Tout
TF1 Info