Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

La grande débrouille des stations de ski face au manque de saisonniers

Publié le 23 décembre 2021 à 20h16, mis à jour le 23 décembre 2021 à 22h42
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Depuis la reprise, les employeurs ont souvent du mal à trouver du personnel. Dans les stations de ski, on s’organise comme on peut pour faire face au manque de personnel saisonnier.

C'est le coup de feu à midi dans ce restaurant d'altitude. Tiphaine, 20 ans, est commise de salle. Elle a un contrat de 35 h par semaine, mais elle en fait plus, payée en heures supplémentaires. “Ce matin, j'ai commencé à 8h00 pour les petits-déjeuners jusqu'à 10h. Ce soir, on a une grosse soirée. Du coup, on finit sur les coups de 23h”. La jeune femme est obligée d'être solidaire face au manque de personnel”.

La famille Bouvier possède un hôtel et plusieurs restaurants. Chef de rang, barman, serveurs... Sans cette main d'œuvre, pas le choix : il faut s'adapter. “Au lieu de 120 personnes au premier service, on en met que 80 ou 70. Et au deuxième service, c'est pareil. On ne prend pas à 100% pour que ça se passe comme il faut, sans accroc, et que les gens n'attendent pas trop”.

À Tignes, les vacanciers prennent parfois leur mal en patience. “Dans un restaurant, on a eu 35, 40 min d'attente parce qu’il y avait beaucoup de monde”. “On est assez cool quoi même s'il faut attendre un peu, on comprend, on est en vacances aussi”. Le directeur de la station s'adapte au jour le jour. “Si une personne n'a pas son pass sanitaire, on ajuste les plannings en conséquence. Mais il y a suffisamment d'effectif pour pouvoir assurer l'ouverture de l'ensemble du domaine”.

À Val-d'Isère, ce client sort déçu de cette boulangerie. Elle ne prend plus de réservation. “Je cherchais du pain et surtout une bûche de Noël. Il manquait du personnel, donc il ne pouvait pas l'avoir pour demain”. Pourtant, Patrick Chevallot et son équipe ne chôment pas. “La situation est catastrophique. Il manque du monde partout. C'est vrai que ce sont des horaires décalés, c'est des coups de bourre, c'est une vie en communauté. C'est une vie un peu particulière la vie de saisonnier”.

Des milliers de postes sont encore à pourvoir dans toutes les stations françaises.

TF1 | Reportage Y. Matisse, F. Marchand


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info