Le 13H

Stade nautique de Mérignac : l'ouverture pourrait être retardée de plusieurs mois, voire plusieurs années

Léa Tintillier | Reportage TF1 Erwan Braem, Alexandra Vieira
Publié le 4 novembre 2022 à 13h10
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Le stade nautique de Mérignac (Gironde) dans la métropole bordelaise devait ouvrir dans un mois et demi.
L’ouverture va devoir attendre, car le permis de construire du chantier est suspendu suite aux demandes de plusieurs riverains

Le stade nautique de Mérignac (Gironde) est flambant neuf avec un bassin olympique, 1200 places dans les tribunes, des espaces de fitness et des bassins qui n’attendent plus que les nageurs. Mais à un mois et demi de l’ouverture, les derniers travaux doivent s’arrêter, sur décision de Justice. "Magnifique équipement, on attend juste d'entendre les bruits des gens. C'est un gâchis parce que quasiment tout est terminé. 95% de l'équipement est terminé. Il ne nous reste que les extérieurs à faire", explique Cécile Saint Marc, adjointe au maire (PS) de Mérignac. 

Après deux ans de travaux et 40 millions d'euros d’investissement, le permis de construire est suspendu par le tribunal administratif. Cela fait suite aux recours déposés par des riverains. Le nœud du problème est un Water Jump et des toboggans à moins de 100 mètres des habitations. "Tout le complexe est derrière ce mur qui est le mur du fameux Water Jump. On pense que malgré la présence de ce mur, on peut avoir beaucoup de bruit", affirme une habitante. 

500.000 visiteurs par an étaient attendus

Devant le mécontentement des riverains, la mairie a retourné l’installation derrière un mur anti-bruit et a planté des arbres. Débouté en Justice une première fois, les voisins ne comprennent pas qu’aucune étude d’impact n’ait été réalisée. Cette fois, ils ont obtenu gain de cause, dans une autre procédure. "Une piscine, les jeunes, tout ça, super. Mais sans ces fameux toboggans. La loi, elle est pour tout le monde. On demande juste que la loi soit appliquée et bien que l'étude d'impact ait lieu. Si elle avait été faite avant au niveau du permis de construire, elle serait déjà terminée et la piscine effectivement ouvrirait en temps et en heure", poursuit cette habitante. 

Lire aussi

La ville de Mérignac et la métropole de Bordeaux ont pourtant suivi les recommandations des services de l’État selon lesquelles aucune étude d’impact n’était nécessaire. Mais le tribunal vient donc de leur donner tort. "La plus haute autorité du département, la préfète, nous avait dispensé de cette étude donc on ne l'a pas faite. Maintenant, des juges nous disent qu'il aurait fallu la faire donc on l'a fait. C'est en cours mais on pourrait démarrer sans problème et accueillir nos usagers", reprend Cécile Saint Marc. La ville de Mérignac a fait appel devant le conseil d'État pour pouvoir finir les travaux et ouvrir la piscine au nom de l'intérêt général. Le complexe doit accueillir 500.000 visiteurs par an. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Erwan Braem, Alexandra Vieira

Tout
TF1 Info