Symbole du recul des plages sur le littoral atlantique, un immeuble de Soulac-sur-mer est en cours de démolition depuis ce vendredi matin.
Les habitants sont venus nombreux sur place pour assister au lancement de sa destruction.

Le chantier de démolition amorcé ce vendredi devrait s'échelonner sur trois semaines. Le "Signal", immeuble du bord de plage à Soulac-Sur-Mer en Gironde, vit officiellement ses dernières heures. Le bâtiment de quatre étages, construit en 1967 à 200 mètres du rivage, a vu la distance grignotée, au fil des ans, par une érosion côtière accentuée. Menaçant de s'effondrer, il ne se trouve plus qu'à une vingtaine de mètres de la dune, transformée en falaise sableuse. 

Le voir disparaitre de la dune médocaine ne laisse pas les habitants indifférents. Ils étaient nombreux ce vendredi à venir assister au lancement de sa destruction.

"Petit à petit, j'ai vu la dune se rétrécir"

"À l'époque, c'était vraiment splendide, c'était le bâtiment emblématique de Soulac", lance l'un d'entre eux un brin nostalgique. "Moi, j'aurais préféré qu'ils le laissent, que la nature fasse son boulot, qu'il s'écroule avec la nature et puis ça aurait pu faire une réserve pour les poissons ou autre chose", réagit un second. "Il faut savoir que la mer était à peu près à 200 mètres, petit à petit, j'ai vu la dune se rétrécir jusqu'à la dernière tempête où il a été mis en péril donc il n'y pas de raison que ça ne continue pas", rappelle encore un autre.

Pour Vincent Duprat, 76 ans, l'un des 75 copropriétaires évacués, présent vendredi devant le chantier, "ce sont des souvenirs pour quatre générations" qui disparaissent, la mer ayant "repris ses droits".  L'immeuble a été l'unique bâtiment achevé d'un vaste projet "Grande Motte" de plus d'un millier d'appartements, avec un boulevard 2x3 voies en bord de plage, à une époque "où il fallait créer des villes nouvelles", raconte Jean-José Guichet, ex-président du syndicat des copropriétaires. "Qui pouvait prévoir qu'en moins de 50 ans la mer allait monter à cette vitesse fabuleuse", réagit celui qui a quitté le bâtiment il y a neuf ans. 

C'est en 2014, après une série de grandes marées et de fortes houles, que les autorités avaient ordonné l'évacuation du Signal.  Alors que des dizaines de milliers d'autres logements sont menacés d'ici à la fin du siècle, l'immeuble est devenu symbole du recul des plages sur le littoral atlantique.


Audrey LE GUELLEC

Tout
TF1 Info