VIDÉO - Langue française : l'argot du Moyen-Âge, c'est tendance !

par Laetitia ASGARALI DUMONT | Reportage : Sylvain Millanvoye, Imane Rachati
Publié le 19 mars 2023 à 18h10

Source : JT 13h WE

L'argot contribue depuis toujours à l'enrichissement de la langue française.
"Daron", "grailler", ou la "maille"... : tous ces mots que les adolescents se sont appropriés, sont en fait très anciens.
Le 13H de TF1 décrypte pour vous l'origine de ces termes du quotidien.

La langue française est loin d'être figée. Elle s'enrichit d'un vocabulaire du quotidien, souvent argotique, déjà utilisé par nos aïeux et désormais par les jeunes. À l'occasion de la 28ᵉ semaine de la langue française et de la Francophonie, le 13H de TF1 s'est penché sur ses mots d'argots du quotidien. 

Si vous voulez échanger avec vos enfants, ou "jacter avec vos mouflets", l'argot est un outil bien utile. Mais peut-être avez-vous du mal à "piger" ce langage, qui date pourtant de plusieurs siècles. Aujourd'hui, vous êtes surement "une daronne ou un daron", c'est-à-dire une maman ou un papa, en quête de définition de ces termes  usuels chez vos "mômes".

Des mots du 18e siècle à la mode aujourd'hui

Daron, Grailler, ou chiner ... ce sont des mots qui en fait datent un peu, mais sont revenus à la mode. "Darons", terme utilisé pour désigner les parents est un mot qui date en réalité de 1726 ! "Grailler" signifie manger, voire dévorer. "Chiner, ça peut être draguer ou négocier", explique dans la vidéo en tête de l'article Rachid Santaki, organisateur de dictées géantes. "Quand on s'approprie la langue française, c'est une histoire de sonorité. Comme le fameux 'daron' utilisé par les jeunes, ça sonne bien sans connaitre forcément l'étymologie ou l'origine de ce mot-là", ajoute-t-il.

Au micro de TF1, des jeunes adultes nous dévoilent d'autres expressions redevenues à la mode, comme "s'enjailler" : "C'est faire la fête avec des amis, oublier les soucis du quotidien" affirment deux jeunes hommes. D'autres expressions sont quant à elles issues du langage SMS, car plus rapides à écrire. C'est le cas d'"Askip", abréviation de l'expression : "à ce qu'il paraît".

Des locutions à maitriser pour que "ça passe crème" avec les ados d'aujourd'hui. Mais attention à ne pas utiliser des mots comme "djeuns", "poto", ou "wesh-wesh", qui pourraient vous disqualifier : un temps à la mode, ils sont déjà tombés en désuétude.

Des termes gagnants au Scrabble

Loin des préjugés, l'argot n'est pas uniquement pourvoyeur de vocabulaire pour les moins de 30 ans. Le 13H de TF1 est allé à la rencontre du club de Scrabble de Lieusaint (Seine-et-Marne). Ils ont organisé une partie en utilisant exclusivement de l'argot. "Il y a beaucoup de termes argotiques. On peut même jouer keuf [policier], meuf [fille] qui font la teuf [fête] par exemple", affirme le vice-président de la Fédération Française de Scrabble. Tous les exemples qu'il cite sont en fait issus du verlan, lui-même répandu au début des années 1970, alors qu'il n'était jusque-là utilisé que par la pègre.

Une partie peut être très riche, avec des centaines de mots disponibles comme "kiffer" pour aimer, "la maille" pour l'argent, "la tise" pour l'alcool, ou d'autres expressions comme "un bail" souvent utilisé avec la question "Quels sont les bails ?", pour prendre des nouvelles ou connaître l'avancée de projets en cours. 

Au micro du 13H, un habitué du Scrabble l'assure : "Tout revient de toute façon, [ces expressions] ça se transmet de génération en génération". Même si parfois pour les sexagénaires du cercle de Scrabble, la compréhension est difficile. Ils n'ont pas peur d'apprendre ces termes réapparus aujourd'hui, alors qu'ils viennent du Moyen-Age ou de la Révolution française.

Avec tous ces (faux) nouveaux mots, votre vocabulaire sera moins "éclaté au sol", en clair moins mauvais, et pourra même s'avérer utile en jeune société. 


Laetitia ASGARALI DUMONT | Reportage : Sylvain Millanvoye, Imane Rachati

Tout
TF1 Info