Alimentation, faites-vous du bien

VIDÉO - Sucres cachés : les méthodes des industriels épinglées

Matthieu Delacharlery | ReportageTF1 Christine Chapel, Armelle Hanout
Publié le 8 décembre 2022 à 14h41
VIDÉO - Sucres cachés : les méthodes des industriels épinglées

Source : istock

Le magazine 60 millions de consommateurs consacre un numéro hors-série aux lobbies du sucre.
Une enquête dévoile les méthodes utilisées par les industriels pour nous en faire consommer toujours plus.
Une équipe de TF1 a voulu en savoir plus sur la présence de ces sucres cachés.

C’est devenu la bête noire des géants de l’agroalimentaire. Son nom ? Le Nutri-Score. Apposé sur la face avant des emballages, cet étiquetage associant des couleurs (du vert au rouge) et des lettres (de A à E) vise à permettre aux consommateurs d'apprécier la qualité nutritionnelle globale des aliments, en évaluant leur teneur en "bons" nutriments - comme les protéines ou les fibres - et en "mauvais" - comme le sucre, le sel ou les acides gras. Depuis 2017, il fleurit sur certains emballages français... mais pas tous. Car sa mention n'est pas obligatoire, laissant libres les industriels. 

Lire aussi

Dans son dernier numéro hors-série, en kiosque ce jeudi, 60 millions de consommateurs consacre une enquête aux "techniques secrètes" qu’utilisent certains industriels pour nous faire consommer toujours plus de sucre. 

L’enquête débute avec un témoignage édifiant du concepteur de l’outil Nutri-Score, Serge Hercberg. Interrogé par le magazine, le scientifique se dit victime d’une véritable cabale, entre insultes et menaces de mort sur les réseaux sociaux. Derrière ces messages se cacherait selon lui le lobby du sucre. "Ils savent que leurs produits très sucrés seront pénalisés par le Nutri-Score", assène-t-il. Pour les consommateurs, il est devenu au fil des ans un gage de qualité. Mais cela n'arrange pas vraiment les industriels. Et pour cause, vous allez comprendre pourquoi. 

Biscottes, yaourt, pot de sauce Pesto, lardons. Tous ont un point commun, ils contiennent du sucre. Mais, ça, le consommateur ne le sait pas toujours. Une équipe du 13H de TF1 le constate en interrogeant des clients à la sortie d’un supermarché dans la vidéo en tête de cet article. "Ils contiennent tous du sucre, sauf des lardons !", croit savoir une dame avec son cabas roulant. "Sirop de glucose et fructose... Ah oui ! Il y a aussi du sucre dans les biscottes", réagit, stupéfaite, une cliente, en regardant l’étiquette sur l’emballage. 

61 dénominations de sucre

C’est tout le paradoxe. Le sucre est omniprésent dans les aliments transformés, y compris dans les produits salés, comme la charcuterie et les sauces. Mais pour le savoir, il faut regarder l’étiquette sur l’emballage. Or, d'abord, il faut avoir de bons yeux. Mais aussi et surtout, dans bien des cas, un doctorat de chimie. Car le sucre avance le plus souvent masqué. "Vous allez retrouver toutes les dénominations industrielles du sucre, comme le sirop de glucose, le fructose, sirop ou amidon de maïs. Ce sont tous des sucres, de même que le dextrose", détaille la rédactrice en chef de 60 millions de consommateurs, Sophie Coisne. 

Mais ce ne sont là qu'une infime partie des quelque 61 noms que peut prendre le sucre dans l’industrie alimentaire. Exemple avec ces barres de céréales énergétiques, dont la présence de sucre dans la composition est mentionnée sous cinq appellations différentes, "sirop de glucose", "dextrose", "sucre", "caramel aromatique", ou encore "sorbitols". Rien que ça.

TF1

Alors comment s’y retrouver ?

Pour le savoir, notre journaliste a posé la question à une nutritionniste. Il existe des petites astuces pour ne pas se faire piéger. "S’il y a ‘ose’ à la fin, c’est qu’il y a du sucre", souligne, au micro de TF1, Vanesse Bedjaï-Haddad, diététicienne à Paris. "Ensuite, il y a aussi tout ce qui peut être dérivé de féculents. Comme l’Amidon, qui aussi du sucre en fait", complète la spécialiste. À cela s’ajoutent aussi tous les produits que les industriels nous présentent comme des alternatives au sucre, soi-disant plus sains et plus naturels.

Leur appellation, parfois exotique, peut être trompeuse, rappelle auprès de TF1 la rédactrice en-chef adjointe de 60 millions de consommateurs. "Douceur de dattes, sucre de coco, sirop d’Agave, ce sont aussi des sucres. Et donc ils ont le même effet sur la santé que le sucre sur la table", souligne la journaliste. C'est-à-dire un risque de prise de poids, de diabète, de cirrhose, notamment. Pour rappel, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) recommande de ne pas dépasser 25 grammes par jour. Or, avec tous ces sucres cachés, exploser tous les compteurs arrive vite.


Matthieu Delacharlery | ReportageTF1 Christine Chapel, Armelle Hanout

Tout
TF1 Info