Le 13H

VIDÉO - Pigeons envahisseurs : la colère d'un village proche d'une usine à graines

Léa Tintillier | Reportage TF1 Grégoire Guist'hau, Christophe Brousseau
Publié le 28 septembre 2022 à 10h20
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Des centaines de pigeons ont proliféré à Lisle, en Dordogne, et les habitants ne les supportent plus.
Les oiseaux seraient attirés par une usine à graines installée sur le territoire de la commune.

Le grenier de Cathie et Jean-Louis, c'est un peu le royaume des pigeons. "On a essayé de fermer les petites lucarnes pour qu'ils ne rentrent pas, mais malgré tout, ils arrivent quand même à nicher. Donc tous les jours, il faut nettoyer au jet, à la brosse, à l'eau de javel", peste Cathie dans la vidéo de TF1 ci-dessus. Et cette invasion empoisonne le quotidien de ce couple de retraités. "Au niveau sanitaire, c'est comme les rats, c'est porteur de maladies. Je suis médecin. Et les fientes que vous voyez, c'est innommable ça", rapporte Jean-Louis.

Dans le petit village de Lisle (Dordogne), les habitants ne supportent plus la présence de ces volatiles. "Ça sent mauvais, très mauvais même. Maintenant, le temps s'est rafraîchi, on sent moins, mais quand il fait chaud comme cet été par exemple, c'est insupportable", témoigne un habitant. "Tous les jours, je balaie mon balcon. On a un commerce d'alimentation, ce n'est pas hygiénique. Les gens marchent, rentrent dans la boucherie... Ras-le-bol parce que les pigeons sont les maîtres de Lisle", ajoute la bouchère. 

Une usine à graines en cause

Le problème viendrait d'une usine à graines située sur le territoire de la commune. "Quand l'usine est en activité, des fois, il y a des vols de plus d'une centaine de pigeons effectivement. Ça leur fait un garde-manger", concède un employé de l'usine. "On voit 150 à 200 pigeons sur les toitures, mais il faut savoir qu'il y en a autant dans les nids et dans les greniers", déclare Bruno Limerat, adjoint au maire de Lisle. Même du côté de la municipalité, on ne sait pas vraiment comment faire face à cette prolifération. "Vous voyez ici la terrasse d'un particulier jonchée de crottes de pigeons en pratiquement une semaine. C'est désolant. Comment voulez-vous que des couples avec des enfants laissent leurs enfants gambader chez eux ? Ce n'est pas possible", poursuit Bruno Limerat. 

Lire aussi

Aujourd'hui, l'usine à graines est à l'arrêt à cause de la grêle tombée il y a trois mois. Le site n'attire donc plus les pigeons. Sans doute un répit, dont rêvent tous les habitants de Lisle.


Léa Tintillier | Reportage TF1 Grégoire Guist'hau, Christophe Brousseau

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info