Logement squatté : le "cauchemar" d’un couple de retraités du Var

Léa Tintillier | Reportage TF1 Henri Dreyfus, Charlotte Gerbelot, Philippe Fontalba
Publié le 21 décembre 2022 à 21h46, mis à jour le 22 décembre 2022 à 9h20

Source : JT 20h Semaine

Un couple de retraités du Var ne parvient pas à récupérer un appartement qu'il avait loué pour une semaine seulement.
Le locataire a changé les serrures et refuse de quitter les lieux.
Ils témoignent auprès de TF1.

Pour Dominique et Raymond Reizian, c’est le fruit de toute une vie de travail. Un appartement acquis 320.000 euros à Sanary-sur-Mer (Var), dans la résidence du Sans Souci. Mais en attendant d’y vivre, les retraités décident de le louer. En novembre dernier, un jeune homme signe un bail pour une semaine. Mais à la fin de son séjour, le couple reçoit ce texto. "J’ai le regret de vous annoncer une mauvaise nouvelle, je ne pourrai pas quitter les lieux demain comme prévu", lit Dominique sur son téléphone face aux caméras de TF1, dans le reportage du 20H ci-dessus. 

Le locataire indélicat a même changé la serrure. "On se dit que ce n’est pas possible. C’est un cauchemar. On se dit que c’est à nous, on a mis du cœur, notre énergie, notre argent pour l’acquérir", soupire Dominique. "Je ne dors pas la nuit, je me réveille, j’ai mal dans le ventre", ajoute Raymond. 

Seule une procédure d’expulsion est envisageable

Le couple décide alors de porter plainte. Mais cette occupation n’est pas un squat puisque les bailleurs ont eux-mêmes fourni les clés. L'équipe de TF1 a réussi à discuter avec le locataire. Selon lui, les propriétaires ont refusé de prolonger sa location. "J’ai changé les serrures parce que je devais louer l’appartement, on s’est arrangé à l’amiable et il n’a plus voulu après", explique-t-il. 

Seule une procédure d’expulsion est envisageable. Mais la trêve hivernale empêche toute action avant le 1er avril, et même après cette date, rien n’est acquis. "Lorsque l’huissier de justice fait une requête auprès du préfet pour obtenir les forces de l’ordre, on n’a pas de réponse, donc pas de réponse, pas de forces de l’ordre, on ne peut pas procéder à l’expulsion, on ne peut pas appliquer la décision de justice et donc on n’applique pas la loi", déclare Me Jean-Baptiste Politano, avocat des propriétaires. 

Une nouvelle loi contre toutes les occupations illicites est en gestation. L’objectif est de mieux protéger les propriétaires contre les loyers impayés en permettant de résilier le bail de manière unilatérale et d’obtenir ainsi une expulsion plus rapide. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Henri Dreyfus, Charlotte Gerbelot, Philippe Fontalba

Tout
TF1 Info