Le 20h

VIDÉO - Indre-et-Loire : un surprenant projet immobilier destiné aux chrétiens

La rédaction de LCI | Reportage TF1 F. Agnès, C. Madronnet, P. Schely
Publié le 17 janvier 2022 à 21h09, mis à jour le 18 janvier 2022 à 10h07
JT Perso

Source : TF1 Info

REPORTAGE - Une agence immobilière veut construire un hameau au plus près de l'église du village de l'Île-Bouchard, en Indre-et-Loire. Un projet destiné aux chrétiens, mais pas réservé à ceux-ci, défend le promoteur.

Si le permis de construire est encore à l’étude à la mairie, le projet fait déjà parler de lui dans cette petite commune d’Indre-et-Loire : à L’Île-Bouchard, la toute jeune agence immobilière Monasphère, créée fin 2020, souhaite faire construire un hameau de 17 maisons de 84 à 180 mètres carrés. Jusque-là, rien d’anormal ; mais ce lotissement situé près de lieux de culte se destine aux habitants chrétiens. 

Le projet immobilier, baptisée le "clos Saint-Gabriel", divise ce village de quelque 1500 habitants. "Il n’y a pas de problème pour moi, je suis catholique moi-même", glisse un passant dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. "Si ça avait été pour une autre religion, est-ce-que cela aurait été accepté ?", s’interroge une autre, même si elle reconnaît que le village "reste très catholique".  

Le promoteur immobilier a choisi en effet un quartier situé à un kilomètre de l’église Saint-Gilles, où selon les catholiques, des apparitions de la Vierge Marie auraient eu lieu devant quatre enfants en 1947. Le fondateur de l'agence, Damien Thomas, conteste toutefois cibler uniquement les chrétiens. "Notre focale particulière est les lieux spirituels chrétiens, qui font partie du patrimoine de notre pays, parce qu’on les aime et parce que l'on sait qu’ils sont encore attirants aujourd’hui, mais cela n’en fait pas du tout un projet communautaire", assure-t-il. 

"Du prosélytisme religieux" mais rien d'illégal pour l'heure, selon un avocat

Sur son site toutefois, l’agence indique avoir interrogé "1000 chrétiens" pour définir l'ensemble de son projet - dont ce hameau ne serait que la première pierre, puisque Monasphère souhaite se lancer dans la construction de six à sept lotissements d'ici dix ans, même si rien n'est encore confirmé, rapporte La Nouvelle République. "Je ne suis pas sûr qu’ils soient tous chrétiens, c’est peut-être un abus de langage", reconnaît Damien Thomas.

Néanmoins, l'agence affirme également sur son site développer des "des projets immobiliers qui allient une vie privée pleinement autonome, le voisinage fraternel avec d’autres familles chrétiennes et l’ancrage au sein d’un territoire extra-urbain". Quant à la plaquette du clos Saint-Gabriel, l’agence indique aussi vouloir "contribuer à l’essor et au déploiement d’écosystèmes chrétiens au XXIe siècle".

"C’est très clairement du prosélytisme religieux", estime Romain Rossi-Landi, avocat spécialiste du droit immobilier et de la construction. "On s’adresse à une cible, les chrétiens, pour leur vendre un produit, c’est du marketing", poursuit-il, avant de souligner toutefois que la démarche n’est pas "illégale", "à partir du moment où l’on s’adresse à une clientèle particulière pour leur vendre un produit particulier"

En revanche, le projet passe dans l’illégalité si "à la signature du contrat de réservation, on réserve ce contrat aux chrétiens, ce qui serait alors une discrimination", alerte-t-il. Le promoteur assure qu’il vendra ses maisons aux acquéreurs qui se présenteront, sans faire aucune différenciation.

Selon La Nouvelle République, pour ce projet chiffré à cinq millions d’euros, le promoteur a déjà rassemblé plusieurs investisseurs, dont Pierre-Edouard Stérin, créateur de l’entreprise Smartbox, qui propose des coffrets cadeaux. D’après le journal, l'agence espère commencer les travaux l'été prochain et d’accueillir les premiers habitants début 2024, et dit déjà avoir déjà reçu 2500 dossiers.  


La rédaction de LCI | Reportage TF1 F. Agnès, C. Madronnet, P. Schely

Tout
TF1 Info