Les Français face à la pénurie de carburants

Manifestations : une mobilisation en demi-teinte

Publié le 18 octobre 2022 à 20h02
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

L'appel à la grève et aux manifestations a été diversement suivi.
La circulation des trains et des transports en commun n'a pas été aussi perturbée que lors des derniers mouvements sociaux.

Des rassemblements ont eu lieu un peu partout dans le pays, comme à Marseille, Lille ou Paris. Les revendications étaient identiques dans tous les défilés : une hausse des salaires pour tous les travailleurs. "Ça fait un peu comme la cocotte-minute. Ça commence à bouillonner, donc il faut augmenter les salaires maintenant si on ne veut pas que ça explose de tout coté", prévient Frédéric Souillot, secrétaire général de Force Ouvrière.

Une journée de grève tous secteurs réunis pour dénoncer aussi les réquisitions qui ont eu lieu dans les raffineries ces derniers jours. Une mobilisation que certains espéraient plus importante. Parole contre parole habituelle mardi soir, à Paris, ils étaient 13 000 selon la police, 70 000 selon la CGT. Certaines organisations avaient pourtant annoncé la grève générale. Mais dans les faits, elle a été, par exemple, très peu suivi dans l'Éducation nationale, moins de 6 % de grévistes contre 11 % fin septembre. "On ne peut pas rester sourd à ce cri qui s'exprime en France de la part d'homme et de femmes qui après 10, 15 ans d'ancienneté, surtout avec des salaires de 1 500, 1 600 balles", affirme Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste.

Malgré une mobilisation en demi-teinte, certains veulent continuer de faire entendre leur voix, comme c'est le cas à la gare de Lyon. Même si à la SNCF, deux tiers des Assemblées générales n'ont pas souhaité reconduire la grève. L'entreprise prévoit un retour progressif à la normale demain. Mais des perturbations sont possibles localement.

TF1 | Reportage M. Chantrait, M. Bajac, S. Bougriou


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info