REPORTAGE - Ces chaleurs étouffantes rendent le port du masque encore plus inconfortable. Jérôme Salomon, a laissé entendre l'abandon du masque dans la plupart des lieux le 1er juillet. À Bordeaux où il a fait 33 degrés à l’ombre, certains ont trouvé le temps long.

Sur les quais de Bordeaux, la mode, c’est de porter son masque sous le menton ou au ton du poignet. Et pour ces jeunes touristes, on retrouve aussi le sourire sur les photos. Rue Sainte Catherine, un des endroits où le masque a été obligatoire en premier, la règle semble globalement respectée. “Ça commence à devenir agaçant, mais comme on s’est un peu habitué”, évoque un homme. “Parce que je suis casseur. Le fait de ne pas voir le visage des gens à qui je parle etc, moi, je n’en peux plus”, précise une jeune femme.

Le plus difficile, c’est certainement pour eux. Avec plus de 33 degrés cet après-midi, impossible de porter le masque pour ces techniciens. “On tire du câble etc, c’est compliqué quand même d'avoir le masque puis tirer du câble avec la chaleur, je sais qu’il me tape sur la tête. Ce n’est pas évident", nous confie Nathan Marques, technicien.

On va encore faire monter la température. Dans cette pizzeria napolitaine, il faut être habitué pour supporter la chaleur du four. S’il n’y a pas encore de date officielle, tout le monde ici espère faire tomber le masque en extérieur au mois de juillet.


TF1

Tout
TF1 Info