Moustiques : pourquoi piquent-ils plus certaines personnes que d'autres ?

L.G
Publié le 6 juillet 2022 à 15h03
JT Perso

Source : TF1 Info

Nous ne sommes pas tous égaux face aux moustiques.
Certaines personnes sont plus sujettes que d'autres aux piqûres de ces insectes volants.
On vous explique pourquoi.

La peau douce, le sucre dans le sang... Tout le monde à son avis pour expliquer l'appétence des moustiques pour certaines personnes plus que d'autres. Mais contre toute attente, ce sont surtout les odeurs qui attirent ces insectes volants, comme l'explique Laurent Dormont, chercheur à l'université Paul-Valéry de Montpellier, dans la vidéo e TF1 en tête de cet article. 

"Il y a des personnes qui se font plus piquer que d'autres, notamment parce qu’on n'a pas tous la même odeur. On a une signature olfactive individuelle, comme on a une empreinte digitale", indique le spécialiste.

Attention aux chaussettes sales

Nos odeurs sont constituées de molécules plus ou moins attractives qui se décuplent avec la transpiration. En analysant les réactions des moustiques à différentes senteurs, ces scientifiques ont trouvé celles qui les attiraient. Et attention, vous ne serez pas déçu du résultat. En tête des odeurs qui attirent le plus les moustiques : les chaussettes sales, comme le précise Laurent Dormont. 

Les moustiques sont aussi attirés par l'air que l'on expire. Les femmes enceintes, les personnes en surpoids, celles qui font du sport ou qui boivent trop d'alcool expirent plus d'air et ont donc plus de chance de se faire piquer. 

L'entreprise Qista installée à Sénas dans les Bouches-du-Rhône, a donc lancé une machine qui attire les moustiques à plus de 30 mètres en imitant la respiration humaine. "La borne va vraiment expirer du CO2 comme vous et moi et la femelle moustique va se faire capturer au niveau de l'aspiration", située sous la borne, explique son cofondateur Simon Lillaman. 

Des écoles, des hôtels et des restaurants se sont déjà équipés. Mais cette technologie a un coût. 1000 euros pour la machine auxquels il faut ajouter 80 euros par mois pour recharger sa bombonne en CO2.

Lire aussi

Le prix de la tranquillité pour Ludovic Chéreau, qui vit à Graveson dans les Bouches-du-Rhône, une zone infestée de moustiques. "On préférait manger à l'intérieur, car on se faisait dévorer par les moustiques tout le temps, là on peut profiter de la terrasse, du jardin", déclare-t-il au micro de TF1. Pour les moins radicaux, les insecticides, les sprays, les bougies ou les huiles essentielles sont aussi proposés.


L.G

Tout
TF1 Info