"L'inconnue de la Seine" : connaissez-vous ce fait divers au cœur du prochain Guillaume Musso ?

LT
Publié le 15 juin 2021 à 15h45
JT Perso

Source : JT 20h WE

ICÔNE LITTÉRAIRE - Le prochain roman de Guillaume Musso, dont la sortie est prévue en septembre, retracera l'histoire de l'inconnue de la Seine. La connaissez-vous ?

Chacune de ses sorties est un évènement attendu par plusieurs centaines de milliers de fans. Guillaume Musso publiera le 21 septembre prochain L'inconnue de la Seine, a annoncé la semaine dernière son éditeur Calmann-Lévy. "L'inconnue de la Seine, à la base, c'est une jeune femme repêchée à la fin du XIXe siècle près d'un pont de la Seine", a expliqué l'écrivain sur RTL. "C'est un fait divers que j'ai lu quand j'étais adolescent. Ce livre est une sorte de variation moderne autour de ce thème, mais cette fois, l'inconnue est vivante". Connaissez-vous la véritable histoire ? En mars dernier, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de cet article, le JT de TF1 était revenu sur le mystère qui entoure cette jeune femme. On rembobine.

À la fin du XIXᵉ siècle, le corps d’une jeune femme est donc repêché dans la Seine à Paris. La dépouille est alors exposée à la morgue dans une vitrine, comme c’était l’usage à cette époque, dans l’espoir que quelqu’un puisse la reconnaître. Le corps et le visage sont intactes. Le légiste en conclut qu’il s’agit d’un suicide par noyade.

La femme la plus embrassée du monde

Mais pour certains, l’hypothèse ne tient pas la route : le visage est trop paisible. Un employé de la morgue, subjugué par ce sourire mystérieux, décide de mouler le visage de la jeune femme pour qu’il devienne éternel. Ce masque est alors vendu à travers le monde et devient célèbre auprès des artistes qui renomment la jeune femme "l’inconnue de la Seine". C’est à ce moment-là que des écrivains, tels Louis-Ferdinand Céline, Louis Aragon et bien d'autres, tentent de retracer son histoire et de chercher les raisons de sa mort. Chagrin d’amour l'ayant conduite au suicide ? Tuberculose ? Nombreuses sont les hypothèses imaginées au fil des années. 

Ultime clin d'œil du destin, ce masque a également servi de modèle pour la confection des visages des premiers mannequins que les secouristes utilisent pour s’entraîner à faire du bouche-à-bouche, à l'initiative d'un fabricant de jouets norvégien en 1960. Elle aurait ainsi sauvé plus de 2,5 millions de vies, et glané le titre de femme la plus embrassée du monde. 

Un destin tragique qui continue d'inspirer

Pour continuer l’enquête, l’équipe de TF1 a décidé d’interroger un membre de l'actuelle brigade fluviale de Paris. "Au bout de quelques jours, c’est impossible qu’elle ait ce visage-là, ça, c'est une personne qui clairement, vient de tomber à l’eau et qui a été remontée à ce moment-là", lui assure Sébastien T..    

Le visage est encore moulé aujourd’hui, notamment dans un atelier de banlieue parisienne. Là encore, l’artisan ne croit pas à la thèse du suicide. "La qualité première qui ressort de son sourire, c’est sa sérénité donc c’est une femme qui est morte et qui a l’air bien dans la mort. C’est ce que disent la majorité des gens qui la voient", affirme Eric Nadeau, directeur de l’atelier Lorenzi. 

Lire aussi

Ce destin tragique inspire encore aujourd'hui. Deux associés ont décidé de faire de ce fait divers un jeu de piste en trois dimensions, à l'aide d'un casque de réalité virtuelle qui vous transporte à la Belle Époque. La recherche d'indices emmène les joueurs sur les pas de l'inconnue. "Il y a eu des poèmes, il y a eu des films également et puis là, il y a une réalité virtuelle, on se rempare de l'histoire et peut-être que dans cent ans, quelques autres auront avec une autre technique, une autre vision de cette histoire", explique Cyril Golovtchan, l'un des cocréateurs du jeu. 


LT

Tout
TF1 Info