REFUGES - Les abandons ne concernent pas seulement les chiens et les chats mais aussi les rongeurs. Plusieurs associations, dont la SPA, relèvent que les petits animaux de compagnie sont toujours plus nombreux à être délaissés.

La SPA a déploré une hausse de 16% sur les huit derniers mois de 2020 des abandons de nouveaux animaux de compagnie, avec un pic pendant le déconfinement et la période estivale. L'association y trouve un lien avec "l’achat impulsif de ces espèces en animaleries ou sur internet lors du premier confinement, abandonnés comme de vulgaires objets de consommation quelques mois plus tard."

En tête : les lapins, les cochons d’Inde et les furets qui se retrouvent devant la grille de l'association dans "des cages qui ne sont même pas couvertes", selon une bénévole. "Cette année, on en a eu plus de 50, ce qui est exceptionnel", ajoute-t-elle. Celle-ci dénonce avec l’association le commerce de ces animaux par les animaleries où les petites bêtes sont en vente pour quelques dizaines d’euros seulement. Les animaux abandonnés sont alors recueillis et soignés dans des cages à la SPA avant d’être envoyés dans des refuges spécialisés comme celui d’Andrée, qui s’occupe de 274 rongeurs.

Comme la SPA, Andrée note que le nombre d'abandons a explosé l’année dernière. "En juin, juillet et août, on en a récupéré 80 d’un coup. Les cochons d’Inde, les lapins, les furets ne sont pas épargnés non plus, on en a trouvé beaucoup au bord de la route", se désole-t-elle. Elle pointe du doigt un achat non réfléchi que les particuliers regrettent après. "Ça peut dégager des odeurs parfois, il faut nettoyer la cage. C’est contraignant et ça coûte cher, environ 50 euros par mois", prévient-elle.  

Même constat au refuge du Bois Sainte Apolline, à Plaisir dans les Yvelines, où les rongeurs abandonnés par leurs maîtres sont de plus en plus nombreux. "En plus de chiens et de chats, nous proposons à l’adoption des furets, lapins, cochons d’Inde, souris et récemment des gerbilles", rapporte à l’Agence France Presse Marie-Laure Caron, responsable du refuge. "Le désintérêt des enfants pour ces petits animaux qui demandent des soins et de l’attention et leur taux de reproduction élevé sont les principaux motifs des abandons de rongeurs", poursuit-elle. "Heureusement, il trouvent souvent de nouveaux maîtres. L’an dernier, 70 ont été adoptés !"

Des adoptions en baisse en raison des confinements

Au global, tous animaux confondus, la SPA a enregistré 37.667 adoptions en 2020 contre près de 43.000 en 2019. Elle note toutefois un taux de retour d’animaux adoptés de 3.8%, "un plus bas historique". Elle aurait recueilli 14% de moins d’animaux en 2020 par rapport à l’année précédente avec 40.131 pensionnaires, un chiffre qu’elle explique "par les confinements successifs". Hors de ces périodes, le nombre d’animaux pris en charge était identique à l’année précédente, informe-t-elle.

Face aux nombreuses critiques, le gouvernement va mettre en place un certificat de sensibilisation obligatoire pour tous les acheteurs d’animaux qui devra être signé avant tout achat ou adoption, pour rappeler les obligations de soins, de vaccination et les coûts liés à la possession d’un animal.


LT

Tout
TF1 Info