Les forces de l'ordre ont dégagé l'essentiel des barrages sur l'autoroute du nord de Nouméa.
Cet axe stratégique crucial relie la capitale de l'archipel à l'aéroport international.
Une équipe de TF1 a pu assister au déploiement des renforts depuis leur atterrissage la veille.

Véhicules blindés, transport de troupes, gendarmes au pas de course sur le bas-côté. C'est la scène que l'on découvre dans le reportage du 13H en tête de cet article, filmée sur la route qui mène de Nouméa à Tontouta, l'aéroport principal de l'archipel. Des hommes armés, prêts à répliquer en cas d'attaque, couvrent ceux qui dégagent les obstacles à la main. 

Il y a soixante kilomètres à parcourir, jonchés en de nombreux points de barrages à dégager. 600 gendarmes et membres du GIGN sont mobilisés pour cette opération de grande envergure. "Avec ces renforts, les autorités ont bien l'intention de rétablir la sécurité sur ces axes majeurs, comme cette autoroute qui relie Nouméa au nord du pays et notamment à l'aéroport international", explique l'envoyé spécial de TF1 sur place. "C'est évidemment un enjeu stratégique très important", estime Michel Scott.

La gendarmerie reprend l'initiative, nous allons reconquérir les zones qui ont été perdues
Commandant de gendarmerie Nicolas Matthéos

"La gendarmerie reprend l'initiative", confirme le commandant de gendarmerie Nicolas Matthéos, "l'État nous a donné plus de moyens, donc nous allons reconquérir les zones qui ont été perdues, et rapidement réinstaurer l'état de droit en Nouvelle-Calédonie"

Quelque 76 barrages érigés par les indépendantistes ont été dénombrés sur cette route stratégique. Premiers à intervenir, les blindés écartent les carcasses de véhicules calcinés sur leur chemin, comme on le voit à l'image. Si l'autoroute semble désormais dégagée, elle n'est pas encore ouverte à la circulation. "Tout ça va être très long, peut-être 4 ou 5 jours", estime la maire de Nouméa, Sonia Lagarde.

Dans les quartiers du nord de la capitale, en revanche, le retour au calme n'est pas encore visible. Voitures en feu et bonbonnes de gaz barrent encore l'accès aux forces de l'ordre. Les émeutiers attendent visiblement une confrontation dans ces secteurs, tandis que les routes qui les encerclent sont progressivement dégagées. Après l'arrivée de 700 hommes en renfort, 350 policiers et militaires sont attendus sur place aujourd'hui.


La rédaction de TF1info | Reportage : Benoît Christal, Michel Scott, Fabrice Amzel

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info