VIDÉO - "On n'est pas intéressants" : la galère des fonctionnaires frontaliers pour trouver un logement en France

par La rédaction de TF1info | TF1 - Reportage Christophe Buisine et Eric Nappi
Publié le 14 janvier 2024 à 12h12

Source : JT 20h WE

En Suisse, les salaires sont trois fois plus élevés qu'en France.
Des niveaux de rémunération qui font monter les prix y compris chez nous.
Il devient alors très difficile pour les policiers, les professeurs, les agents publics de se loger.

Lucile Rivault vient enfin de trouver un logement. Les cartons ne sont pas encore défaits, mais après des mois de recherche, cette policière municipale à Sciez, en Haute-Savoie, a enfin trouvé un toit. Elle se réjouissait de quitter le Gard pour vivre au bord du lac Léman, mais elle n'a pas vraiment gagné en confort de vie. Le problème, c'est la proximité avec la Suisse, où les salaires sont trois fois plus élevés. Conséquence, les prix des locations ont grimpé de 30% en cinq ans. Pour les fonctionnaires, trouver un logement devient presque une mission impossible.

"J'avais une maison de 130 m² sur un terrain de 1000 m² où je payais juste 790 euros, et je suis arrivée ici et le budget a pris un coup. J'ai juste un 45 m² pour quasiment 900 euros", raconte-t-elle dans le reportage en tête de cet article. "Les agences me disaient que mon salaire n'était pas assez élevé pour le bien proposé, donc j'ai pris beaucoup de refus", explique-t-elle encore.

Je n'arrive même pas à décrocher une visite
Lorna, enseignante

Ces difficultés, Lucile n'est pas la seule à devoir y faire face. Dans la police, les hôpitaux ou les écoles, les fonctionnaires rencontrent les mêmes problèmes. Enseignante, Lorna Deux vit avec ses trois enfants, dans un logement provisoire. Malgré ses 2000 euros de salaire net, ses recherches restent vaines depuis sept mois. "Je n'arrive même pas à décrocher une visite, parce que ça n'intéresse pas les propriétaires. Quand ils voient que vous ne travaillez pas en Suisse et qu'en plus vous avez un salaire de fonctionnaire, on n'est pas intéressants", assure-t-elle.

 Face à cette situation, le gouvernement vient d'instaurer une indemnité de résidence qui sera versée à 40.000 fonctionnaires. En moyenne, cela correspond à une augmentation de 50 euros par mois pour un coût de 34 millions d'euros pour l'État. Le prix à payer pour essayer de fidéliser les fonctionnaires frontaliers. Ils ont actuellement tendance à quitter la région dès qu'ils en ont l'opportunité.


La rédaction de TF1info | TF1 - Reportage Christophe Buisine et Eric Nappi

Tout
TF1 Info