La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

"Une coupe de champagne et au lit" : pour le 31 décembre, Covid-19 et Omicron ont bouleversé leurs plans

Léa COUPAU
Publié le 29 décembre 2021 à 9h23, mis à jour le 29 décembre 2021 à 22h01
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

TÉMOIGNAGES - À quoi ressemblera leur réveillon sous le signe d'Omicron ? LCI a posé la question ces jeunes qui, positifs au Covid-19, passeront leur 31 décembre à l'isolement, quand d'autres, tout juste libérés d'une quarantaine, comptent s'amuser avec plus ou moins de prudence.

Un réveillon du Nouvel An en famille, mais confinés chacun dans sa chambre. C'est ce qui attend Léna cette année. Déclarée positive au Covid-19 depuis hier, cette lycéenne dans l'Oise ne pourra pas fêter la Saint-Sylvestre avec ses amis. À quelques jours du passage à la nouvelle année, elle n'est pas la seule. Comme à Noël, c'est la douche froide pour tous ceux qui ont été déclarés positifs ou cas contacts ces derniers jours. 

"C'était la chose que j'attendais le plus"

L'élève de terminale a ressenti les premiers symptômes le jour de Noël et, dans la foulée, a contaminé sa mère. "Je n'ai rien eu pendant deux ans de pandémie et voilà que je l'attrape à une semaine du Nouvel An, c'est vraiment pas de chance", lâche-t-elle, amère, à LCI. Impossible toutefois de savoir où elle a pu contracter ce virus qui lui impose un isolement de 10 jours. "Peut-être en mangeant à l'extérieur ?", tente Léna qui déplore un relâchement des gestes barrières. "Ça circule tellement, plus personne ne fait attention. Là où nous sommes allés manger, on ne contrôlait même pas les pass sanitaires."

Alors pour la jeune femme, la pilule est difficile à faire passer. "Je devais rejoindre des amis pour une soirée prévue depuis des mois. Vraiment, c'était la chose que j'attendais le plus." Résultat, ce sera "chacun de son côté" chez ses parents. "Comme ma mère a aussi attrapé le Covid, on essaye de ne pas contaminer mon père, donc je ne sais pas, on va se mettre chacun dans un ilot", imagine-t-elle.

"C'était la soirée de tous les possibles"

Plus à l'Est, à Strasbourg, Thimotée (*son prénom a été changé), doublement vacciné, passera lui aussi la Saint-Sylvestre cloitré. Cas contact, avant d'être déclaré positif au Covid-19 ce dimanche, le trentenaire comptait sur le 31 décembre pour "faire au maximum la fête" avec ses amis. "On s'était dit que c'était la soirée de tous les possibles avant des futures restrictions", explique-t-il à LCI. Ce sera finalement "une coupe de champagne et au lit", ironise-t-il alors que les invitations pour le réveillon continuent d'affluer.

À trois heures de route de la ville alsacienne, Zoé a aussi vu ses plans tomber à l'eau. Cette fois, c'est l'organisateur de la soirée qui est tombé malade après les fêtes de Noël. "On avait prévu le coup depuis presque deux mois", raconte la jeune étudiante dijonnaise, contrainte de changer ses plans au dernier moment. "C'est énervant, mais pas non plus catastrophique, assure-t-elle. Mais qui dit privée de fête ne veut pas dire privée de réunion. "Je vais aller chez mes parents et on fera un repas. Ce sera juste moins festif", sourit-elle.

"On va faire la tournée des bars"

D'autres, alors qu'ils étaient malades du Covid-19 à Noël, verront leur isolement se terminer juste avant le 31 et comptent bien en profiter. "On va faire la tournée des bars avant d'aller à une fête organisée par un ami", glisse Marie, libérée de sa quarantaine le 30 décembre. "Il faut bien décompresser après cette semaine de l'enfer", souffle la jeune femme qui espère faire "de nouvelles rencontres" parmi les 40 convives prévus ce soir-là. "Cela fait deux ans qu'on ne croise plus personne, on a cette soirée pour en profiter", ajoute-t-elle, enthousiaste. Quid des précautions ? "Ce sera la résolution de 2022 !", s'amuse-t-elle, rassurée que le gouvernement n'ait pas instauré de couvre-feu national.

Près de Nantes, Thomas fêtera lui aussi la fin de son isolement le 31 au soir. Contaminé au variant Omicron après une soirée, l'étudiant de première année rejoindra une dizaine d'amis pour le passage à la nouvelle année. Mais les précautions seront de mises, assure-t-il. "On pense que ça n'arrive qu'aux autres. Quand vous faites la fête, personne ne respecte les gestes barrières et vous ne trouvez jamais de gel hydroalcoolique." Cette fois-ci, "on fera beaucoup plus gaffe, déjà en arrêtant de mélanger nos verres." Tous feront également un test antigénique avant de lancer les festivités.

Ce 28 décembre, 179.807 nouveaux cas ont été recensés en France ces dernières 24 heures, un record absolu depuis le début de la pandémie. Lundi soir, face à la propagation du nouveau variant, le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran a prévenu que la barre des 200.000 contaminations par jour devrait être passée d'ici le mois de janvier. Le taux d'incidence est particulièrement élevé chez les jeunes de 20 à 30 ans. 


Léa COUPAU

Tout
TF1 Info