La grève des éboueurs parisiens prolongée jusqu'au lundi 27 mars

Publié le 21 mars 2023 à 17h00

Source : TF1 Info

Les éboueurs devaient décider ce mardi après-midi des suites à donner au mouvement de protestation contre la réforme des retraites.
Ils ont voté pour la reconduction de leur grève jusqu'au 27 mars.
Actuellement, 9300 tonnes de déchets s'amassent dans les rues de la capitale, malgré les réquisitions.

À Paris, le mouvement de mobilisation ne faiblit pas. Les éboueurs de la capitale ont voté en assemblée générale ce mardi 21 mars après-midi la reconduction de la grève pour six jours de plus. Celle-ci doit donc se poursuivre jusqu'au lundi 27 mars et ce, "dans l'ensemble de la filière", a fait savoir la CGT Services Publics alors que les salariés entrent dans leur 16e jour de grève.

L'activité des incinérateurs perturbée

En plus des éboueurs mobilisés, deux des trois incinérateurs desservant la capitale sont "complètement bloquées", selon le syndicat métropolitain qui les gère, le Syctom. Il s'agit des sites d'Ivry-sur-Seine et d'Issy-les-Moulineaux. Un barrage filtrant laissant passer certains camions a par ailleurs été mis en place à Saint-Ouen. À Ivry, la grève a été reconduite jusqu'à jeudi inclus. À Issy, les adhérents de la CGT ont voté "à l'unanimité" la poursuite du mouvement pour 48h supplémentaires, a indiqué une responsable syndicale à l'AFP.

Sur Twitter, l'adjointe à la mairie de Paris chargée de la propreté, Colombe Brossel, a fait savoir que "la collecte reste très perturbée". Malgré des réquisitions ordonnées par la préfecture de police et qui ont débuté vendredi, ce sont toujours 9300 tonnes d'ordures qui jonchent les trottoirs de la capitale ce mardi, selon la mairie de Paris. Celle-ci, tout en soutenant le mouvement social, a appelé "au calme et exhorte le gouvernement à retirer sa réforme et engager le dialogue avec les partenaires sociaux."

La préfecture indique de son côté que 206 camions ont pu être "mis en service" grâce aux réquisitions qu’elle a ordonnées. Ailleurs en France, le ramassage des déchets est également à l'arrêt au Havre depuis le 7 mars.  À Marseille, une "occupation pacifique" des deux centres de transfert de déchets de la ville vers l’incinérateur de Fos-sur-Mer était en cours dans la matinée, selon la CGT.


Aurélie LOEK

Tout
TF1 Info