Une route emblématique du Pays Basque est fermée pour trois semaines.
La route de la Corniche, entre Hendaye et Ciboure, est très fréquentée mais menacée par l’érosion.
Une équipe du 20H de TF1 a rencontré des habitants qui y voient les prémisses d'une fermeture définitive.

En temps normal, à cette saison, près de 10.000 véhicules empruntent chaque jour la route de la Corniche. Mais depuis ce mardi, dans la matinée, cette voie qui traverse le Pays Basque, est entièrement vide. Des blocs de béton et des barrières ont été installés, ses accès sont barrés. "S'il y a un risque, je le comprends totalement", confie un automobiliste qui s'apprêtait à emprunter la route avant de faire demi-tour. La départementale 912, reliant Ciboure à Hendaye, est menacée par l’érosion. 

Le niveau de la mer et les effets tempétueux sont de plus en plus importants, on ne peut être que spectateurs.
Bruno Tisset, ingénieur géologue (Agence Géolithe)

À certains endroits, le trait de côte recule de 30 centimètres par an. Selon les dernières projections, à l’horizon 2043, la route serait condamnée. "Il y a l'action de la mer qui, sans relâche, vient taper contre la falaise. Il faut prendre ça comme un millefeuille, on va se retrouver à avoir l'ensemble de la falaise qui va glisser, explique Bruno Tisset, ingénieur géologue (Agence Géolithe) avant de conclure :  "Le niveau de la mer et les effets tempétueux, sont de plus en plus importants, on ne peut être que spectateurs."  

C’est justement pour mesurer l’impact d’une fermeture définitive de la route que cette expérimentation est menée. Pendant trois semaines, les usagers vont devoir changer leurs habitudes et emprunter d’autres axes, sur lesquels des points de comptage ont été placés. "On va analyser le comportement des gens, s'ils prennent les transports en commun, s'ils prennent le train  ou alors l'autoroute ou des routes communales", détaille dans la vidéo du 20H de TF1, Philippe Echeverria, conseiller départemental des Pyrénées-Atlantiques, délégué aux routes et aux infrastructures.

Un quotidien perturbé et une vie économique aussi pour certains. Un camping va devoir composer avec un seul de ses accès habituels, privant la gérante d’une clientèle de passage. Deux référés, l’un en suspension, l’autre en annulation, ont été déposés par une association d’habitants de Corniche. Ils sont restés lettres mortes.


La rédaction de TF1 | Reportage Hortense Villatte, Jean-Vincent Molinier

Tout
TF1 Info