Les Français face à la pénurie de carburants

Jerricans interdits : peut-on quand même remplir un bidon si on tombe en panne ?

Maëlane Loaëc | Reportage Christine Chapel, Armelle Hanout et Thierry Marquez
Publié le 12 octobre 2022 à 11h07
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La pénurie de carburant continue de faire rage en France.
Les automobilistes risquent la panne sèche, y compris dans les files d'attente interminables pour accéder à une station.
Dans ce cas précis, est-il possible de se ravitailler grâce à un jerrican, dont l'usage est visé par un arrêté national d'interdiction ?

Alors qu'un tiers des stations services françaises sont concernées par des pénuries, les files s'étirent pour accéder à la pompe, faisant courir le risque aux automobilistes de tomber en panne en pleine queue. À quelques mètres du Graal, le moteur finit par nous trahir et la voiture s'immobilise. Dans ce cas de figure, est-il possible de remplir un jerrican de carburant ? 

Selon la loi, il est autorisé de transporter jusqu'à cinq litres d'essence maximum, mais seulement si votre moteur est tombé en rade. "Il n'est possible de mettre cinq litres dans un jerrican qu'à condition d'être en panne. Si c'est par précaution, c'est interdit", expliquait lundi à TF1info Me Michel Benezra, avocat en droit routier. 

Une marge de tolérance

Mais face aux difficultés croissantes d'approvisionnement en carburant ces derniers jours dans certaines régions, des automobilistes ont tout de même contourné la règle en remplissant des jerricans de carburants pour faire des réserves, comme le montrent des vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux. Plusieurs préfectures, principalement dans les Hauts-de-France, en région parisienne et dans le sud du pays, ont donc décidé de durcir le ton en interdisant de se servir à la pompe avec un bidon. Ceux qui refusent de s'y plier risquent une amende pouvant aller jusqu'à 150 euros, comme le précise Actu.fr.

Un arrêté doit même entrer en vigueur au niveau national. "Nous allons prendre des mesures pour éviter les sur-stockages qui contribuent à amplifier les difficultés que nous vivons sur le terrain", a annoncé la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, lundi soir sur Franceinfo, défendant une "mesure pour éviter les sur-stockages"

Lire aussi

Reste qu'une marge de tolérance existe : la préfecture des Hauts-de-France a par exemple décidé d'interdire le remplissage de jerricans, "sauf nécessité dûment justifiée par le client et vérifiée, en tant que de besoin, avec le concours des services de police et de gendarmerie locaux". Autrement dit, les dérogations sont possibles, si vous pouvez justifier que vous êtes bien en panne, le tout étant de ne pas abuser de cette possibilité. "Certains pourraient être tentés de remplir plein de jerricans, alors que d'autres en auraient besoin éventuellement", déplore un automobiliste dans le reportage du 20H de TF1 en tête d'article.

De manière générale, les préfectures en appellent "à la responsabilité et au civisme de chacun", pour éviter de devoir prononcer des sanctions. Dernière précaution : "il n'est donc pas possible de transporter l'essence dans n'importe quelle bouteille : il faut des jerricans homologués", puisque les carburants sont des "matières dangereuses", met en garde Me Michel Benezra. 


Maëlane Loaëc | Reportage Christine Chapel, Armelle Hanout et Thierry Marquez

Tout
TF1 Info