Le 20h

VIDÉO - Paris : l'obélisque de la place de la Concorde se refait une beauté

M.G | Reportage TF1 D. Sitbon, H. Massiot
Publié le 13 janvier 2022 à 10h55
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

RÉNOVATION - Construit en 1300 avant Jésus-Christ, à Luxor en Égypte, l'obélisque est le plus vieux monument de Paris. Bien qu'il demeure en excellent état, il va être rénové et nettoyé pendant six mois.

Une cure de Jouvence. Vieux de 3000 ans, l'obélisque de la place de la Concorde va être nettoyé en profondeur. Depuis quelques jours, un gigantesque échafaudage le protège des regards. Un ascenseur a même été installé pour circuler dans l'immense cage d'acier qui encadre le monolithe de 270 tonnes et 30 mètres de haut. Encore en bon état, cet immense caillou offert par l'Égypte n'est pas fissuré et ne penche pas. Néanmoins, un nettoyage devenait indispensable. "Localisé depuis 200 ans au milieu de la place de la Concorde, il a subi la pollution, les gaz d'échappement", explique Antoine-Marie Préaut, conservateur régional des monuments historiques en Île-de-France. "Il a également été confronté aux intempéries. L'exposition au soleil, les changements de température, la pluie, ont induit des altérations différentes en fonction des faces", ajoute-t-il. 

Une opération délicate

Sur la face nord, par exemple, le granite rose s'est légèrement noirci et effrité. Pour le nettoyer, les restaurateurs vont commencer par boucher les microfissures pour solidifier l'ensemble. Au mois de février, du micro-sable sera ensuite projeté à haute pression sur le granite. Un nettoyage à sec ultra délicat étant donné la structure ultra-complexe du monument. En effet, certains symboles sont plus creusés que d'autres. "Ça permet à la lumière de jouer différemment. Quand le soleil tourne autour de l'obélisque, il éclaire plus intensément la colonne centrale que les colonnes latérales", indique Vincent Rondot, directeur du département des antiquités égyptiennes au musée du Louvre. 

Au quatorzième étage de l'échafaudage, on retrouve le pyramidion. D'ordinaire, il étincelle au soleil. "Il est recouvert de centaines de feuilles d'or 32 karats. Globalement, il a bien résisté. Mais il y a des petits manques ponctuels de matière que l'on va essayer de redorer", affirme Antoine-Marie Préaut. Et surprise, ce qui a surtout abîmé le précieux métal avec le temps, ce sont les ... griffures de pigeons.


M.G | Reportage TF1 D. Sitbon, H. Massiot

Tout
TF1 Info