La chaleur s’est installée dans le sud de la France avec un effet pervers sur la côte Atlantique, la formation de baïnes.
Il s'agit de courants redoutables qui peuvent emporter des nageurs.
La présence de sauveteurs a été renforcée sur les plages.

Des kilomètres de sable à sillonner pour scruter le moindre danger. Sur la plage de Biscarrosse, cet après-midi du 21 mai, les sauveteurs sont en alerte avec un mot en tête : “prévention”. “La baïne commence juste là. La marée est en train de descendre. Si vous avancez un peu trop, vous, n'arriverez pas à rentrer au bord”, avertit un sauveteur. Illustration du danger quelques minutes plus tard. Au large, deux jeunes sont emportés par le courant. Il faut intervenir plus vite pour les ramener sains et saufs.

Rien que cet après-midi, les sauveteurs de Biscarrosse sont intervenus à quatre reprises. À chaque fois, des baigneurs ont été piégés par des baïnes particulièrement dangereuses avec les températures plus élevées des derniers jours. Vincent Batailler, maître nageur sauveteur plage de Biscarrosse explique : “Une baïne, c’est un trou d’eau qui sépare la plage du banc de sable au large. Quand ce trou d’eau se remplit ou se vide, il y a du courant qui se crée, qui tire vers le large”.

Dans les Landes, seulement six plages sont surveillées ce week-end. Des bandes de quelques centaines de mètres, au-delà desquelles les baignades sont fortement déconseillées. Et sur les sables, les vacanciers semblent bien sensibilisés aux règles de prudence. “Je me mets entre les drapeaux, là où je me sens plus en sécurité", s'exprime une femme. Depuis moins d’une semaine en Aquitaine, quatre baigneurs sont morts noyés et une autre personne est toujours portée disparue.

TF1 | Reportage M. Desmoulins, C Eckersley, F. Resbeut


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info