Pompiers, police, Samu : le numéro unique d'urgence va être expérimenté

Laure Giuily
Publié le 27 mai 2021 à 15h28
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

RÉFORME - Les députés ont voté ce jeudi à l'unanimité, en première lecture, en faveur de l'expérimentation d'un "numéro unique d'appel d'urgence" pour la police, les pompiers et le Samu.

Un seul numéro pour joindre la police, les pompiers et le Samu. Un vieux débat remis régulièrement sur la table, mais cette fois, les députés ont voté ce mercredi 12 mai à l'unanimité, en première lecture, l'expérimentation d'un numéro unique d'appels d'urgence regroupant les trois piliers des services publics de secours. 

Une expérimentation de trois ans portée par le député marcheur Fabien Matras et soutenue par le gouvernement, qui a pour objectif de simplifier la démarche des utilisateurs et surtout de désengorger les lignes des pompiers souvent saturées. 

1/3 des appels aux pompiers serait inutile

Sur les millions d'appels reçus chaque année par les pompiers, un tiers serait inutile. Virgil Presse, sapeur-pompier dans les Bouches-du-Rhône, en témoigne dans le reportage de TF1 en tête de cet article : "On vient d'avoir une personne qui signalait un essaim qui se formait et elle voulait savoir si on pouvait intervenir. Je lui ai dit que les abeilles étaient protégées et je lui ai donné le numéro d'un apiculteur qui sera très content de venir récolter l'essaim." 

Du temps perdu au téléphone ou pire, des moyens mobilisés pour rien, puisque parfois dans le doute, les pompiers envoient des équipes. Selon le colonel Grégory Allione, directeur départemental dans les Bouches-du-Rhône, cette confusion n'est pas étonnante. "Plus d'une dizaine de numéros d'urgence, le 15, le 17 le 18, qu'on soit en mer, en montagne, aujourd'hui il faut une simplification et faire en sorte que les urgences soient traitées par le 112. Depuis plusieurs années, les pompiers réclament l'instauration de ce numéro unique, et d'une plateforme téléphonique commune avec les forces de l'ordre et le Samu."

Lire aussi

Réclamée depuis longtemps par les pompiers, cette proposition peinait à émerger à cause d'un conflit autour du numéro. Les pompiers souhaitent utiliser le 112, méconnu en France, mais valable dans toute l'Union européenne comme seul numéro des services de secours, au nom de la simplification, tandis que les urgentistes estiment qu’il faut créer le 113 pour les urgences de santé, et conserver le 112 pour les incendies et les questions de sécurité.

L'expérimentation lancée par les députés vise à tester trois modalités : un rapprochement de "l'ensemble des services" (numéro 15, 17 et 18), un rassemblement sans "police-secours" (15 et 18), ou un simple "regroupement" du Samu et des médecins de garde en lien avec les autres services d'urgence (15 et permanence des soins).


Laure Giuily

Tout
TF1 Info