La flambée des prix de l'énergie

Ruée sur les chauffages d'appoint : comment les utiliser sans faire flamber votre facture ?

TF1info | Reportage vidéo Vincent Lamhaut, Gautier Delobette
Publié le 4 octobre 2022 à 15h48
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La flambée des prix de l'énergie fait craindre une facture salée pour se chauffer cet hiver.
Pour tenter de réduire la note, certains se tournent vers des chauffages d'appoint.
Mais attention, si ce type de chauffage peut effectivement permettre de faire des économies, il faut savoir bien l'utiliser.

Comme de nombreux Français, à l'approche de l'hiver, Dominique s'inquiète pour sa facture d'énergie. Dans sa salle de bain par exemple, un radiateur fonctionne toute la journée pour obtenir une température correcte. Alors pour tenter de limiter sa consommation, Dominique a investi dans un chauffage d'appoint, acheté 45 euros dans une enseigne de bricolage et qu'il peut allumer à la demande. 

Une solution envisagée par de nombreux ménages : les ventes de ce type d'appareil ont été multipliées par trois en un an. Parmi les plus prisés, ceux qui n'utilisent pas d'électricité. Les ventes des modèles fonctionnant au gaz ont ainsi vu leurs ventes augmenter de 395% sur un an. Mais attention, si ce type de chauffage peut permettre de faire des économies, il faut savoir l'utiliser comme il faut pour faire baisser efficacement la facture.

L'électrique : le plus facile

Pour faire des économies, il convient tout d'abord de bien choisir son chauffage d'appoint en fonction de l'utilisation que l'on veut en faire. Les trois sortes les plus courantes sont les modèles électriques, au gaz, ou encore au pétrole ou au fioul. 

Le modèle électrique est le plus répandu, car il est pratique, léger, facile à transporter et à ranger. Attention toutefois, s'il permet de chauffer rapidement la pièce dans laquelle il est utilisé, il va avoir recours à beaucoup d'énergie rapidement pour fonctionner et fournira une chaleur qui va rapidement disparaître après son extinction. Un chauffage d'appoint électrique soufflant consomme, en moyenne, deux fois plus d'énergie qu'un radiateur ordinaire, il est donc conseillé de l'utiliser dans des petites pièces pour chauffer rapidement une salle de bain avant de prendre sa douche, ou une petite chambre avant d'aller se coucher. 

Ces appareils restent peu chers à l'achat : de 15€ pour le modèle de base, à 150€ voire 300€ pour les modèles céramiques ou soufflants fixes. Selon TotalEnergie, l'utilisation d'un chauffage d'appoint électrique une demi-heure par jour pour chauffer seulement la salle de bain présente, par exemple, un budget mensuel de 4,2 euros en moyenne. Une utilisation de deux heures par jour pour, par exemple, servir de chauffage d'appoint dans une pièce à vivre, représente un budget d'environ 16,8 euros par mois.

Gaz ou pétrole : les plus économiques

Les modèles au gaz sont, eux, moins pratiques, car plus imposants et plus lourds, mais fournissent une chaleur plus diffuse et plus prolongée. Ils sont ainsi plus adaptés pour chauffer occasionnellement des pièces plus grandes. Les modèles au gaz fonctionnent au GPL et peuvent être alimentés par des bouteilles de propane ou de butane. Comptez entre 20 et 30 euros la bouteille. Ils émettent une chaleur plutôt élevée et constante et sont plus économiques que les chauffages d'appoint électriques. Par ailleurs, la chaleur a tendance à demeurer dans la pièce même après leur extinction. Certains sont équipés de roulettes, permettant de les déplacer d'une pièce à l'autre. 

Attention toutefois, il faut respecter certaines normes de sécurité pour utiliser les chauffages d'appoint au gaz : ne pas les déplacer durant leur fonctionnement, ne pas les installer près de canapés, fauteuils ou murs et ne pas utiliser, par exemple, de produits inflammables à proximité. Ils sont déconseillés également dans une petite pièce comme une chambre ou une salle de bain.

Enfin, les modèles fonctionnant au fioul ou au pétrole ont une puissance de chauffe rapide et, comme pour ceux à gaz, la chaleur demeure après leur extinction. Attention cependant, ces appareils restent très polluants et peuvent dégager une odeur qui peut incommoder dans une habitation. Ils nécessitent un raccordement vers une évacuation qui doit être régulièrement entretenue.

 À noter que les deux derniers types de chauffage d'appoint sont également à bannir des petites pièces fermées et/ou mal aérées en raison du risque d'intoxication au monoxyde de carbone. 

Limiter l'utilisation dans le temps

Pour qu'un chauffage d'appoint soit efficace et permette réellement de faire baisser les coûts, il est conseillé de l'utiliser à des moments précis. "On l'allume, on chauffe ce qu'on a besoin, et tout de suite, il faut l'éteindre et gérer sa consommation comme ça" détaille Valentin Despierre, chef de secteur dans une enseigne de bricolage, dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article, avant de préciser qu'il est recommandé de l'utiliser "une heure le matin et une ou deux heures le soir".

Si vous voulez répartir au mieux la chaleur dans toute la pièce, il convient d'éviter de placer son chauffage d'appoint près de ses pieds ou de ses mains, pour se réchauffer rapidement. L'appareil étant moins efficace qu'un appareil traditionnel, il est conseillé de le placer près d'une fenêtre ou d'une porte donnant sur l'extérieur afin de réchauffer l'air froid qui pourrait entrer dans le logement. 

Lire aussi

Enfin, pour faire baisser votre facture d'énergie, attention à ne pas laisser fonctionner votre chauffage d'appoint la nuit. Tout d'abord parce que, selon l'Ademe, il est conseillé de dormir avec une température comprise entre 16 et 18°C afin de laisser le corps réguler naturellement sa température, mais également car ces chauffages consomment bien plus que le chauffage plus classique, ce qui pourrait provoquer l'effet inverse de celui recherché et faire flamber votre facture d'électricité, de gaz ou de pétrole. 


TF1info | Reportage vidéo Vincent Lamhaut, Gautier Delobette

Tout
TF1 Info