La flambée des prix de l'énergie

VIDÉO - Prix record des carburants : les trucs et astuces pour payer moins cher

ML | Reportage TF1 : Ignacio Bornacin et Gilles Parot
Publié le 20 janvier 2022 à 9h57
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

POUVOIR D’ACHAT - Alors que les prix à la pompe continuent de flamber, quelques techniques existent pour alléger la facture. Des gestes simples pour économiser de l’essence à la mise sur d’autres types de carburant, tour d’horizon des stratégies à adopter pour éviter un plein à prix d’or.

Depuis un pic marquant enregistré en octobre dernier, les prix à la pompe n’ont pas décru, bien au contraire. Ils continuent leur course folle : ils ont atteint un record la semaine passée, tandis que le prix du baril de pétrole n’a jamais été aussi haut depuis 2014. 

Carburant le plus utilisé en France, le gazole a dépassé la barre de 1,60 euro le litre pour la première fois, selon les derniers chiffres du ministère de la Transition écologique, arrêtés vendredi 14 janvier. Le pic précédent, à 1,50 euro environ, avait été atteint en octobre 2018, un peu plus d’un mois avant le début du mouvement des Gilets jaunes. Le sans-plomb 98 atteint lui aussi un record, à 1,76 euro le litre environ. 

Comment donc optimiser son plein pour payer moins et rouler davantage ? Pour des millions de Français, qui roulent en citadine au sans-plomb 98, un plein de 50 euros permet une autonomie de 400 kilomètres environ, à l’instar du véhicule du journaliste de TF1 Ignacio Bornacin, à retrouver dans le reportage du 20H en tête de cet article. Pour limiter les dépenses tout en gardant le même carburant, certaines précautions sont à adopter avant même de prendre le volant et lors de la conduite. Il peut être aussi d'utiliser de changer ce que l'on met dans son réservoir, en s'assurant que son véhicule y est bien compatible.

Couper le contact à l'arrêt et limiter la climatisation

Ainsi, une voiture avec des pneus bien gonflés et un coffre peu chargé va consommer beaucoup moins d’essence. On peut également s’appuyer sur les consignes que l’on apprend dès l’autoécole, comme passer les vitesses rapidement, ce qui permet d’avoir une conduite plus écologique. À l’arrêt, au feu rouge par exemple, il ne faut pas hésiter à couper son moteur. Et même en hiver, mieux vaut se couvrir un peu plus et couper la climatisation dans le véhicule. Autant de petits gestes qui permettent d’optimiser sa consommation d’essence.  

Dans le cas du journaliste de TF1, ces automatismes permettent de gagner jusqu'à 100 km d’autonomie. Mais à la pompe, peut-on faire des économies ? Certains prétendent que faire son plein le matin reviendrait moins cher, car sous l’effet du froid, l’essence s’évaporerait moins. Mais pour Sylvain Reisser, rédacteur en chef secteur automobile du Figaro, cela tient davantage de la légende urbaine, surtout en hiver. "Sur des températures comme en ce moment, cela ne joue pas du tout, parce qu'il faudrait de très grandes amplitudes de température, or il fait froid toute la journée actuellement", explique-t-il.

Le bioéthanol : un bon plan sur le long terme, mais des précautions à prendre

Autre fausse bonne idée : mélanger les carburants, notamment le bioethanol E85, très peu cher (0,68 euro le litre en moyenne). Cette manipulation est à proscrire puisqu'elle est interdite si votre véhicule ne dispose pas d’un boîtier spécifique. L’automobiliste s’expose autrement à "un risque de panne, voire dans certains cas plus extrêmes de casse", met en garde Eliott Ayoum, gérant du garage Poniatowski, à Paris. Qui plus est, ce risque n’est pas forcément couvert : "L’assurance pourrait se rétracter en cas d’accident, car le véhicule n’est pas dans son état de conformité", explique-t-il. 

Pour entrer en conformité, ce boîtier coûte entre 500 et 1400 euros. "Aujourd'hui, on peut équiper 98% des véhicules essence. Le boîtier autorise les injecteurs à injecter plus pour que l'éthanol soit compatible avec le véhicule", précise Yonni Bibas, gérant du centre d’entretien automobile "Ty Motors" à Marseille, dans le reportage du 20H de TF1 ci-dessous.

Carburants : comment payer moins cher ?Source : JT 20h Semaine
JT Perso

L'entrepreneur marseillais en vend de plus en plus, et même à des professionnels. Ces derniers mois, la concession "L'art De L'auto de voitures" a équipé une trentaine de voiture. "On a beaucoup de demandes. Les gens ont peur du gazole, ils ne savent l'avenir de ce carburant. Donc ils se reconvertissent avec ce boîtier-là", explique Frédéric Caruso, gérant de la concession.

D’autant que ce choix peut être rapidement rentabilisé. Comme la plupart des automobilistes, Caroline Lévy fait le plein très régulièrement. Mais pour elle en revanche, il n'y a pas de mauvaise surprise à la station-service. "Je fais un plein et ça coûte 25 à 27 euros", indique la jeune femme, qui roule à 100% au bioéthanol depuis un an. Chaque mois, elle fait des économies sur son budget carburant, "entre 100 et 130 euros"

Un comparateur en ligne permet ainsi d’estimer le gain mensuel lors du passage au bioéthanol, et d’évaluer en combien de temps le prix du boitier peut être rentabilisé. Par exemple, un automobiliste qui parcourt 13.000 kilomètres par an au volant d'un véhicule consommant 6L/100 km et qui passerait au superéthanol E85 pourrait gagner 48 euros par mois, et ainsi amortir son boîtier en un an et neuf mois. 

La demande en véhicules GPL explose

Si on ne souhaite toutefois pas investir dans un tel dispositif, il est possible de remplacer sans danger le sans-plomb 98 par le sans-plomb 95 E10, moins cher (1,68 euro le litre environ, selon le dernier relevé gouvernemental), à condition que la voiture ait moins de 20 ans. Autre possibilité : se diriger vers le GPL, Gaz de Pétrole Liquide, lui aussi beaucoup moins cher à la pompe - 0,89 euro le litre en moyenne - et qui a désormais le vent en poupe

Les ventes de voitures neuves s’en ressentent. Si seuls 220.000 véhicules environ circulent aujourd’hui en France au GPL, soit moins de 0,5 % de notre parc automobile, leurs parts de marché sont tout de même passées de 1% en 2019 à 3% en 2021, selon Le Parisien. "Avant, on avait un prix à l’achat du véhicule neuf un peu plus cher, et maintenant, vu que l’on est au même tarif qu’un moteur essence, les gens se laissent tenter par le GPL", confirme Sébastien Guichard, garagiste concessionnaire à Dijon dans le reportage ci-dessus. Certains constructeurs automobiles ont même largement investi le marché. Dans cette concession, les véhicules GPL neufs représentent 30% des ventes.

Il est aussi possible, la plupart du temps, d’équiper un véhicule essence au GPL pour 2000 euros, dès lors qu’il se situe en dessous de 100.000 km, précise Joël Pedessac, directeur général de France Gaz Liquides, au Parisien. Une manipulation à faire réaliser par un professionnel et encadré par la législation, notamment parce qu’elle nécessite un changement de carte grise. 


ML | Reportage TF1 : Ignacio Bornacin et Gilles Parot

Tout
TF1 Info