"Quelques mois d'espérance de vie" : appel à témoins pour retrouver au plus vite les singes-écureuils volés dans le Var

par La rédaction de TF1 Reportage Anouchka Flieller, Christine Guérard
Publié le 30 janvier 2024 à 15h39

Source : JT 13h Semaine

Quatorze singes-écureuils ont été enlevés au zoo de la Londe-les-Maures dans le Var.
Les soigneurs sont inquiets pour leur santé, car cette espèce rare demande des soins particuliers.
Un appel à témoins a été lancé dans l'espoir de retrouver au plus vite les animaux dérobés.

Trente centimètres pour moins d'un kilo chacun. Quatorze singes-écureuils, très fragiles, ont été enlevés dans la nuit de vendredi à samedi au zoo de la Londe-les-Maures, dans le Var, et demeurent depuis introuvables. Les voleurs sont entrés par effraction dans l'abri où dormaient ces petits animaux originaires d'Amérique du Sud, dont le sort inquiète les soigneurs. 

"On les nourrit cinq fois par jour avec des aliments qui sont spécialement formulés pour eux et dans des conditions qui ne sont pas les bonnes, ces animaux ont leur santé qui se dégrade très rapidement", souligne, dans le reportage de TF1 en tête de cet article, Jean-Michel Dupuyoo, directeur du jardin zoologique tropical. "Chez des gens chez qui il n'y aurait pas de bonnes conditions, on est sur une espérance de vie de quelques mois tout au plus", poursuit-il.

"Ils n'étaient pas là pour le bien-être des singes"

Face à l'urgence, le zoo aux 200 animaux qui, en 35 ans d'existence, n'avait jamais connu de vol, a passé un appel à témoins et invite à le diffuser sur les réseaux sociaux. 

Dans la nuit du 26 au 27 janvier, les voleurs ont contourné alarmes et capteurs pour pénétrer dans les cages. "Ca a du être un peu brusque, de toute façon je pense qu'ils n'étaient pas là pour le bien-être des singes, je pense qu'ils y sont allés comme des sauvages", témoigne Maxime Moutard, soigneur au sein de l'établissement, alors que le comportement du groupe de singes restants révèle des signes de stress.

À titre de repère, sur le marché noir, ces singes-écureuils peuvent être revendus 2000 à 3000 euros. Les voleurs, eux, risquent pour rappel, trois ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende tandis que ceux qui détiendraient un animal protégé sans autorisation encourent 15.000 euros d'amende et un an de prison.


La rédaction de TF1 Reportage Anouchka Flieller, Christine Guérard

Tout
TF1 Info