Contre la réforme des retraites, l'intersyndicale appelle à une nouvelle journée de mobilisation le jeudi 6 avril.
Ce week-end, des actions localisées vont déjà avoir lieu, tout comme sur des sujets de défense de l'environnement.

Pas besoin d'attendre le jeudi 6 avril pour assister à une nouvelle manifestation contre la réforme des retraites. À cette date, l'intersyndicale appelle à une onzième journée de mobilisation - la première pour la nouvelle patronne de la CGT Sophie Binet -, mais plusieurs actions vont avoir lieu d'ici là. Y compris ce week-end. D'après une source policière à TF1-LCI, sept rassemblements et défilés sont au menu ce samedi 1er avril. Au niveau national, 6000 personnes sont attendues.

Le fief électoral d'Élisabeth Borne mobilisé

L'une d'elles est prévue à Vire-Normandie (Calvados), le fief électoral de la Première ministre Élisabeth Borne. Dès 10h, un rassemblement est attendu, suivi d'une manifestation à 14h30, selon un communiqué du préfet du Calvados. "Face aux émeutes et nombreuses violences et dégradations observées lors des récentes manifestations, les services de l'État mettront en place un dispositif de contrôles afin d'assurer la sécurité des biens et des personnes", prévient-il.

Outre la réforme des retraites, plusieurs autres actions sont attendues. Comme celle à Châteauneuf-Grasse (Alpes-Maritimes) contre l'implantation d'une usine. Ou ce rassemblement à Brignoud (Isère) "contre l'accaparement de l'eau par les industriels". Quelque 400 personnes y sont attendues, et des dégradations contre la société STMicroelectronics, mise en cause par les manifestants, sont craintes par les autorités, qui anticipent la venue de militants d'ultra-gauche.

En outre, une manifestation non déclarée est dans les tuyaux à Poitiers contre un projet de réforme. Mais pas les retraites. Il s'agit du texte "asile et immigration" porté par le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Elle pourrait attirer quelques éléments au profil radical, notamment issus de la sphère ultra-gauche, selon cette même source.

Plus au sud, 7000 à 9000 personnes sont attendues à Bayonne pour protester contre la crise du logement au Pays Basque. D'après une source policière, la présence en marge de ce rassemblement de groupes de jeunes nationalistes radicaux n'est pas à exclure.


I.N avec le service police-justice de TF1-LCI

Tout
TF1 Info