La douzième journée contre la réforme des retraites n'a pas été un franc succès, ce jeudi 13 avril.
Dans tout le pays, 380.000 personnes ont manifesté, selon le ministère de l'Intérieur et plus d'1,5 million, selon la CGT.

À Marseille (Bouches-du-Rhône), Bordeaux (Gironde) et Paris, la mobilisation était en baisse jeudi pour la douzième journée d'action contre la réforme des retraites. Mais après trois mois, certains sont encore là, avec en ligne de mire la décision du Conseil constitutionnel attendu ce vendredi 14 avril. 

Selon le ministère de l'Intérieur, 380.000 manifestants ont défilé en France, dont 42.000 à Paris contre 570.000, dont 57.000 dans la capitale, le 6 avril. C'est la deuxième plus faible mobilisation depuis le début du mouvement après celle du 11 mars (368.000) alors que le plus haut a été atteint le 7 mars avec 1,28 million de manifestants.

La nouvelle secrétaire générale de la CGT Sophie Binet a de son côté revendiqué "plus d'1,5 million de manifestants", dont 400.000 à Paris, contre 2 millions la semaine dernière. "Contrairement à ce qu'espère le gouvernement, le mouvement est loin d'être fini", a-t-elle estimé.

Une mobilisation en baisse en région

Pour les manifestants, chaque journée de mobilisation a un coût. "Bien sûr qu'il y a moins de monde. Bien sûr que c'est dur de perdre son salaire. Il faut continuer à se battre. il faut que les gens y croient", nous lance une manifestante. À Toulouse (Haute-Garonne) aussi, la mobilisation s’essouffle. Selon la préfecture, il y avait 15.000 manifestants la semaine du 6 avril et 9000 ce jeudi. 

Même constat à Saint-Étienne, où une aide à domicile, que les équipes de TF1 ont rencontré, a sans doute manifesté pour la dernière fois. "Pour moi, je pense qu'une fois que celle-là sera passée, j'aurais du mal à retourner en manifestation parce qu'il n'y aura plus trop d'espoir que ça change", déplore-t-elle à notre micro.

D'autres ont mené des actions coup de poing. En marge du cortège parisien, des cheminots et des professionnels de la santé se sont introduits de force dans le siège parisien du géant du luxe LVMH.

Moins de monde dans les rues et également moins de grévistes. Chez les enseignants, ils étaient 4,66 % ce jeudi contre près de 8 % la semaine du 6 avril, d'après le ministère de l'Éducation nationale. Une journée par ailleurs marquée par des scènes de violence. Des voitures ont été incendiées à Rennes (Ille-et-Vilaine). À Paris, où la police a dispersé les derniers manifestants vers 20H45, la préfecture faisait état de 47 interpellations et de 10 blessés parmi les forces de l'ordre.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Maurine Alibert, Mathilde Guénégan, Suzanne Prez

Tout
TF1 Info