Les Français face à la pénurie de carburants

VIDÉO - 100 euros les 10 litres : le business lucratif des profiteurs de la pénurie d'essence

M.D. | Reportage "Sept à Huit"
Publié le 18 octobre 2022 à 9h56
JT Perso

Source : Sept à huit

Alors que la pénurie se poursuit, la revente de carburants sur le marché noir devient un business lucratif.
Sur les réseaux sociaux, certains proposent même de vous livrer directement à votre domicile.
Une équipe de "Sept à Huit" a rencontré deux revendeurs, l’un à l’arrière d’une station-service, l’autre en pleine rue à Paris.

"Essence, deux litres pour 10 euros". "Diesel disponible, 3,50 € le litre". Profitant de la pénurie, depuis quelques jours, les annonces pour se procurer du carburant sur le marché noir fleurissent sur les réseaux sociaux. La revente de carburants sur le marché noir est punissable de six mois de prison et de 3750 euros d’amende. Ce qui ne dissuade pas certains profiteurs de crise. Face l’ampleur du phénomène, une équipe de "Sept à Huit" a enquêté sur ce business lucratif et rencontre, en caméra cachée, deux revendeurs dans le reportage à retrouver en tête de cet article. 

Lire aussi

Au bout de quelques échanges sur la messagerie d'un célèbre réseau social, le rendez-vous est fixé, par écrans interposés, sur un parking à l’arrière d’une station-service, elle-même à court de Sans plomb 98. L’homme se présente comme le fils d’un dépanneur automobile de la région parisienne. Apparemment, sa nouvelle activité l’occupe beaucoup. Il arrive avec un retard de plus d’une heure. "J’ai les 20 litres de 98, comme vous me l’avez demandé", lance-t-il sans complexe. 

L’homme affirme en être à sa troisième livraison depuis le début de la journée. "En ce moment, ça vaut de l’or", explique-t-il. Son périmètre d'action se limite à l'Île-de-France, mais d’autres n’hésitent pas à aller plus loin encore. "C’est 1000 litres, au minimum. Ils livrent à des particuliers, qui remplissent ensuite des petits bidons", affirme le trafiquant. Comme lui, ils sont quelques uns à profiter du désarroi d'automobilistes ou de conducteurs de deux-roues au bord de la panne sèche.

Franchement, au niveau marge, on y est. Je n'en reviens pas moi-même. Mon objectif, c’est d’atteindre 1000 euros de bénéfices

Etudiant, Damien revend de l'essence sur le marché noir

Sur le site d’annonces en ligne Le Bon coin, un autre revendeur propose quant à lui 10 litres de Super pour 100 euros. À ce prix-là, la livraison est offerte. Le rendez-vous est fixé, cette fois, en pleine rue à Paris. "J’ai fait trois livraisons ce matin. Là, je reviens de Montmorrency", explique Damien. Le jeune homme dit être étudiant et vouloir se faire un peu d'argent pour s'acheter un ordinateur. "Quitte à faire un peu d’argent, autant que ce soit maintenant", poursuit-il.

Quant à la provenance du carburant, ce trafiquant amateur ne fait pas de mystère. Il dit s’être fourni dans une station-service du Val-d’Oise, "entre minuit et deux heures du matin". À l' entendre, le business est lucratif. "Franchement, au niveau marge, on y est. Je n'en reviens pas moi-même. Mon objectif, c’est d’atteindre 1000 euros de bénéfices", confie-t-il. Ce week-end, il manquait au moins un carburant dans près d'une station sur trois en France. Une situation en légère amélioration.


M.D. | Reportage "Sept à Huit"

Tout
TF1 Info