Sept à huit

Des patientes mutilées ? La star du bistouri Benjamin Azoulay répond à ses accusatrices

V. Fauroux | Reportage Sept à Huit
Publié le 23 mai 2022 à 13h02
JT Perso

Source : Sept à huit

Benjamin Azoulay, le chirurgien esthétique des stars de la téléréalité, est dans la tourmente.
Plusieurs ex-patientes, parmi lesquelles deux influenceuses, l'accusent de négligence.
Une équipe de "Sept à Huit l'a rencontré.

Lauréat de la faculté de médecine, chef de clinique à 27 ans, Benjamin Azoulay est considéré comme une star du bistouri. Sauf qu'aujourd'hui, dans le sillage de deux influenceuses, plusieurs ex-patientes l'accusent de négligence, de faute professionnelle et de mauvais suivi post-opératoire. 

Emilie Amar est l'une d'elles. Adepte de chirurgie esthétique, elle a fait retoucher son nez, sa bouche et sa poitrine. Et l'an dernier, elle décide d'augmenter le volume de ses fesses grâce à des injections présentées comme anodines. Mais rapidement, cette ancienne candidate de téléréalité tombe gravement malade. Pour elle, le seul responsable de son calvaire est le chirurgien. 

"Il y a eu beaucoup de négligences de sa part et il n'a pas pris la peine de me traiter correctement, c'est certain. J'avais peur de finir complétement mutilée et que surtout, on ne trouve pas de solution. Je pense qu'il doit arrêter d'exercer parce que j'ai très peur pour les prochaines. Je pense qu'un jour, il pourra peut-être tuer quelqu'un de cette façon", confie-t-elle dans l'enquête de "Sept à Huit" à retrouver en tête de cet article. 

Plusieurs semaines en soins intensifs

Ces dernières semaines, plusieurs femmes ont dénoncé ce même chirurgien : Benjamin Azoulay, 41 ans. Un médecin au CV impeccable dont le cabinet est installé dans les beaux quartiers de Paris et qui a un goût prononcé pour les caméras. Depuis le début des années 2010, il est LE chirurgien des starlettes de téléréalité, mettant en scène à la télévision sa vie professionnelle et personnelle. Un sens du show qui lui cause des ennuis. Ainsi, pour avoir déconsidéré la profession, il a été suspendu un an par le Conseil de l'ordre. 

En 2018, son activité reprend de plus belle jusqu'à ce que le scandale éclate début mai. La première à sonner la charge est une influenceuse de 26 ans, Luna Skye, 440.000 abonnés sur Instagram. Depuis l'été dernier, elle souffre de graves problèmes de santé. Selon elle, suite à des injections pratiquées par le docteur Azoulay. La jeune femme le rencontre à Dubaï où il procède aux injections pour 3400 euros alors qu'il n'a pas le droit d'exercer dans ce pays. Le fabricant préconise vingt doses au maximum, il lui en aurait administré 36. Luna est satisfaite, ses fesses ont pris du volume. 

Mais trois mois plus tard, ses ennuis commencent. "Il y a des tâches violacées qui vont grandir de plus en plus, c'est dur et c'est très chaud, et j'avais de la fièvre", raconte-t-elle. Luna développe une septicémie, une infection généralisée. Elle est hospitalisée et soignée à base d'antidouleurs et d'antibiotiques. Puis subit deux opérations et passe plusieurs semaines en soins intensifs. 

"Je ne fais pas ce métier pour faire souffrir les gens"

Le médecin a-t-il commis une erreur ? Emilie comme Luna passent des IRM. Les examens révèlent la présence dans les muscles des fesses d'acide hyaluronique, un produit qui ne doit pas être injecté dans cette zone, car il peut provoquer une embolie fatale. Début mai, le deux femmes mettent publiquement en cause le docteur Azoulay dans la presse. Mais le chirurgien ne se démonte pas et dénonce une manœuvre d'influenceuses en quête de notoriété. Il dit n'avoir jamais réalisé d'intervention à Dubaï et affirme qu'il a correctement injecté l'acide hyaluronique, mais qu'il y a eu une complication. 

"Le produit, je sais où je l'ai injecté, entre la peau et le muscle, dans un tissu qu'on appelle le tissu celluleux. Si ça s'enflamme, il y a un magma d'inflammation qui fait que le produit va être diffusé dans la peau puisqu'on voit des rougeurs et puis il va diffuser dans le muscle. Pendant deux et demi, je n'ai jamais eu une seule inflammation, puis là, il y en a quelques-unes. Je ne sais pas vraiment quoi penser de tout ça", lance-t-il face aux caméras de "Sept à Huit". Et d'ajouter : "je trouve malheureusement que ce n'est pas loyal. Si elles le font, c'est qu'elles ont leur raison et qu'elles doivent vraiment être en colère ou souffrir, et ça me désole parce que je ne fais pas ce métier pour faire souffrir les gens". 

Depuis les accusations des deux influenceuses, d'anciennes patientes prennent la défense du chirurgien. Mais la médiatisation de l'affaire entraîne aussi une cascade de nouveaux récits à charge. Benjamin Azoulay assure que sur les 6000 patientes qu'il dit avoir opérées, seules quatre l'ont assigné. Deux ont été déboutées, une a été dédommagée, une dernière affaire est en cours. Quant aux femmes ayant témoigné dans les médias ces dernières semaines, aucune n'a encore intenté de procédure judiciaire.


V. Fauroux | Reportage Sept à Huit

Tout
TF1 Info