"Ces animaux peuvent mordre" : l'inquiétude grandit pour les singes-écureuils du zoo du Var toujours recherchés

par La rédaction de TF1info | Reportage Pauline Lefrançois, Henri-Paul Amar
Publié le 5 février 2024 à 11h59

Source : JT 20h WE

Quatorze singes ont été dérobés le week-end dernier au zoo de La Londe-les-Maures, dans le Var.
Ces derniers jours, trois d’entre eux ont été retrouvés et un suspect interpellé.
Alors que les enquêteurs pensent à une filière de trafiquants, le directeur du zoo alerte sur les risques sanitaires que fait peser la détention de tels animaux.

Les voilà sauvés : un mâle, récupéré dans une cave d’une cité marseillaise, puis une mère et son petit, ramenés à la SPA par une femme qui les détenait. "Ils étaient déshydratés, ils sont morts de faim", commente un bénévole de l'association sur les images des trois animaux que montre notre reportage ci-dessus. Moins d’une semaine après leur vol au zoo de La Londe-les-Maures (Var), les enquêteurs de la SPA et les forces de l’ordre ont retrouvé ces trois singes-écureuils.

À l'aide de signalements et de recherches sur le Web, ces bénévoles ont reconnu les méthodes de réseaux très organisés de revente. Ces singes peuvent être vendus illégalement entre 2000 et 6000 euros. "Ils ont des animaux protégés à vendre, mais pas que ça, ils ont autant des armes que de la drogue à vendre, souligne face à notre caméra Xavier Bonnard, président de la SPA Marseille-Provence. Nous, notre partie, c'est les animaux, donc on va tout faire pour stopper cette équipe". Les animaux ont été rendus au zoo, cambriolé il y a dix jours. Ils sont mis en quarantaine dans un lieu sûr que nous ne pouvons pas filmer pour des raisons de sécurité.

Ils sont réellement agressifs et peuvent infliger des blessures qui peuvent être sévères.
Jean-Michel Dupuyoo, gérant du zoo

Ces singes-écureuils, espèce protégée originaire d’Amazonie, sont très fragiles. Et le reste du groupe qui n'a pas été volé est toujours choqué. "La violence du vol, de l'effraction, c'est quelque chose qui les a clairement traumatisés, nous indique un soigneur du zoo. C'est un groupe qui était vraiment soudé. Le fait qu'il soit scindé comme ça, il est complètement désorganisé."

 Le procureur de la République de Toulon appelle les détenteurs des 11 singes toujours recherchés à se manifester rapidement, car l'espérance de vie de ces primates, hors de leur milieu naturel, est limitée. Pour le directeur du zoo, il y a aussi un risque sanitaire. "Ce sont des animaux qui peuvent mordre, même quand ils sont petits, prévient Jean-Michel Dupuyoo. Lorsqu'ils sont stressés, ils sont réellement agressifs et peuvent infliger des blessures qui peuvent être sévères. S'ajoute à ces blessures le risque de transmission de maladies".

Dans le cadre de l'enquête, un homme a déjà été interpellé et placé en détention provisoire. Il encourt jusqu'à 7 ans de prison. La France est une plaque tournante de la vente illégale d'animaux sauvages. Avec la drogue et les armes, c'est le trafic le plus lucratiof, qui rapporterait plus de 18 milliards par an. 


La rédaction de TF1info | Reportage Pauline Lefrançois, Henri-Paul Amar

Tout
TF1 Info