REPORTAGE - L'émouvante rentrée de deux fillettes ukrainiennes dans une école de l'Hérault

Benoit Leroy | Reportage vidéo Alice Bacot et Lucas Garcia
Publié le 8 mars 2022 à 15h39, mis à jour le 11 mars 2022 à 9h51

Source : JT 13h Semaine

Arrivées en France avec leur mère il y a quelques jours, deux petites filles ukrainiennes ont été intégrées dans une école primaire du sud de la France.
Le JT de TF1 a recueilli les premières impressions de Lera et Paula.

Reprendre un semblant de vie normale. Ce lundi, Lera et Paula ont refait leur cartable et pris le chemin de l'école primaire. Un événement qui aurait pu être banal si ces deux petites filles de 8 ans n'arrivaient pas tout juste de la banlieue Kiev, en Ukraine. Les deux jeunes enfants et leur mère Galina ont fui leur pays et la guerre et sont arrivées en France le 3 mars dernier. 

La petite famille n'a pas choisi la commune de Saint-Aunès, dans l'Hérault par hasard : son long périple européen a été organisé par le conjoint de l'une des tantes des petites filles, installée dans le sud de la France. Un trajet d'une semaine qui n'a pas été de tout repos entre la Pologne, l'Allemagne et le nord-est de la France, alors que les bombardements se poursuivent en Ukraine, notamment autour de la capitale.

"Elles vont pouvoir continuer à lire, se faire des amis et finir le programme, et ça s'est super", souligne la jeune maman dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Pour les premières semaines, Lera et Paula, scolarisées en CE1, ont été intégrées à la classe de CP de l'école élémentaire, pour prendre en compte les différences de langage et d'alphabet. "Cela va bien se passer, les enseignantes m'ont dit qu'elles étaient bien parties pour repartir dans le niveau supérieur", assure Corinne Leroy, directrice de l'école. Les petites filles seront suivies pendant les prochains mois par un enseignant russophone, spécialisé dans ce type d'accueil, précisent nos confrères de France 3.

École, appartement... : une adaptation totale

Ce bilan très positif semble partagé par les deux petites filles. "La maîtresse a tout traduit avec son téléphone. J'ai dessiné et joué dans la cour, j'ai vraiment aimé cette journée", expliquent-elles en chœur. Pour le trio féminin, l'accueil a été chaleureux et bienveillant. À quelques minutes de l'école, la sœur de Galina leur a prêté un appartement. "Cela nous convient très bien, les enfants ont le sourire. Il n'y a pas de bombe au-dessus de notre tête et puis, on est en famille", dit en souriant la mère. Arrivées il y a moins d'une semaine, Lera et Paula ont d'ores et déjà noué des liens avec leurs camarades d'écoles, prévenus "que des Ukrainiens allaient venir et qu'il fallait être gentil avec eux", selon l'un des jeunes élèves.

Seule ombre au tableau, l'absence du père de Lera et Paula. Celui-ci a dû rester en Ukraine  afin de combattre suite à l'appel à la mobilisation de Volodymyr Zelensky. Mais le plus important était de mettre les deux fillettes à l'abri.


Benoit Leroy | Reportage vidéo Alice Bacot et Lucas Garcia

Tout
TF1 Info