En ville, certaines antennes-relais sont camouflées, par exemple dans de fausses cheminées.
C'est le cas à Lyon, où une équipe de TF1 s'est rendue.
Mais pourquoi sont-elles ainsi cachées ?

Sauriez-vous reconnaître une vraie cheminée d'une fausse ? Certaines ressemblent comme deux gouttes d'eau à des vraies, mais vous ne verrez jamais de fumée s'en échapper. Car ces conduits renferment des antennes-relais de 4G et 5G. De quoi surprendre les habitants du quartier de Lyon (Rhône) où se rend notre équipe dans le reportage ci-dessus. "Ce serait mieux que ce soit à la vue de tous pour que tout le monde puisse être au courant qu'il y a ces antennes, et éventuellement qu'on puisse se renseigner sur ce que ça peut impliquer", lui répond un homme. "C'est toujours étonnant que les choses ne soient pas évoquées, pas dites, pas expliquées", abonde une femme.

"C'est purement esthétique"

Ces habitants ne sont peut-être pas au courant, mais les copropriétés des immeubles concernés le savent. Ce sont elles qui donnent leur accord pour l'installation de ces antennes. Les professionnels, eux, expliquent que ces cheminées sont là pour s'intégrer au mieux à ce quartier historique. "C'est purement esthétique, c'est pour que ces antennes soient les moins apparentes possible et ne dégradent pas le paysage", assure Romain Bonenfant, directeur général de la Fédération Française des Télécoms.

Depuis un mois, près de 400 antennes 5G ont été installées dans les neuf arrondissements de Lyon. Un militant d'une association de reconnaissance de l'électrosensibilité mesure les ondes avec un appareil. "J'avais fait la mesure il y a trois ans au même point. On a presque doublé l'intensité du rayonnement", assure-t-il face à notre caméra. 

Cela présente-t-il des dangers pour la santé ? Il n'existe à ce jour aucune preuve de la nocivité des ondes, répond l'Anses (Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale). Les opérateurs, eux, indiquent que les indicateurs sont respectés à la lettre. "On a, en France, une législation en la matière qui est exigeante et [conforme] aux standards internationaux. Par exemple, ce qu'on fait sur la 5G est exactement la même chose que sur la 4G : le même niveau d'émissions et le même niveau de protection qui est fourni aux habitants", souligne Romain Bonenfant.

Les opérateurs indiquent que cet accroissement du nombre d'antennes est une réponse à la hausse de la demande des consommateurs en 4G et en 5G.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : N. Hadj-Bouziane, B. Gereys

Tout
TF1 Info