VIDÉO - Quels dégâts sur les routes après les barrages des agriculteurs ?

par La rédaction de TF1info | Reportage vidéo Baptiste Guénais, Cécile Madronet, Sylvain Roland
Publié le 2 février 2024 à 15h58

Source : JT 13h Semaine

Si les blocages sont progressivement levés ce vendredi, les quinze derniers jours de mobilisation des agriculteurs ont laissé des traces sur les routes de France.
Entre réparations et nettoyage, les autorités publiques commencent peu à peu à chiffrer la facture.
Le JT de TF1 fait les comptes et vous montre les images.

Sur l'autoroute A6, ce vendredi 2 février au matin, à peine le barrage des agriculteurs levé, une dizaine d'agents de la direction des routes d'Île-de-France entrent en action. Car avant de pouvoir rouvrir ce tronçon, il faut éteindre la paille encore fumante et balayer la chaussée. 

Aux opérations de nettoyage et au remplacement du matériel dégradé, il va falloir ajouter la perte d'exploitation. À combien va s'élever la facture ? Les sociétés d'autoroute sont encore en train de faire leurs calculs mais Eric Payan, directeur général adjoint des autoroutes APRR et AREA, évoque des"dizaines de milliers d'euros de façon certaine. Au plus fort du mouvement, on avait presque la moitié de notre réseau qui était coupé à la circulation."

Des dizaines, voire des centaines de milliers d'euros, dans les départements touchés

Les blocages orchestrés par les agriculteurs ont aussi eu des conséquences sur le réseau secondaire. Exemple au sud de Poitiers (Vienne), où il est impossible d'emprunter la route nationale depuis plus d'une semaine. Alors, des milliers de poids lourds ont dû, chaque jour, trouver d'autres itinéraires. "Ça dégomme un peu le goudron, le bas-côté... C'est même dangereux pour nous", déplore une riveraine dans le reportage visible en tête de cet article.

À Tilleul (Seine-Maritime), 3000 âmes, la route qui traverse le village n'était pas prête à supporter un défilé de véhicules aussi lourds. "C'est une route qui est interdite aux gros tonnages. Donc ça s'est passé majoritairement de nuit, entre mardi 30 et mercredi 31 janvier", détaille la maire, Françoise Micault.

undefinedundefinedTF1

C'est la commune qui va devoir prendre en charge les réparations, soit au moins 100.000 euros. Selon la mairie, il va falloir patienter plusieurs mois avant de pouvoir circuler normalement sur cette route.

En Haute-Vienne, traversée lundi et mardi par le convoi de la Coordination rurale en direction de Rungis, le conseil départemental ne peut pas "chiffrer précisément l'étendue des dégâts" sur ses routes, mais "il s'agit bien de plusieurs centaines de milliers d’euros", selon son vice-président en charge des mobilités, Stéphane Destruhaut.

"En Moselle, samedi, on a nettoyé 76 semi-remorques de déchets sur l'autoroute", a pour sa part déclaré le directeur général de la Sanef, Arnaud Quémard, sur RMC mardi matin, évoquant un coût de "150.000 euros de décharge".


La rédaction de TF1info | Reportage vidéo Baptiste Guénais, Cécile Madronet, Sylvain Roland

Tout
TF1 Info