Le 13H

Pagaille à la Gare de Lyon : des passagers racontent leur nuit d'enfer

M.D. | Reportage Julien Cressens, Zack Agili, Bora Agirbasse
Publié le 20 juin 2022 à 15h38
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Des milliers de voyageurs se sont retrouvés bloqués sur les quais de la Gare de Lyon dimanche.
Une centaine de passagers ont même dû dormir dans un "train-dortoir" installé en urgence.
Plusieurs d'entre eux racontent leur nuit de galère à TF1.

Nuit de galère à la Gare de Lyon. Dimanche soir, des milliers de voyageurs sont restés bloqués pendant de longues heures sur les quais. Plus tôt dans l'après-midi, un piéton avait été heurté par un TGV au niveau de Maisons-Alfort, entraînant l'interruption du trafic, et donc de nombreux retards au départ ainsi qu'à l’arrivée de la gare parisienne. "Quand on allait voir les agents, ils nous répondaient que les trains allaient arriver un peu aléatoirement, et ils n’étaient pas en mesure de nous dire combien d’attente il y aurait", témoigne, un peu agacée, une voyageuse, dans la vidéo de TF1 en tête de cet article. 

Sur la cinquantaine de trains à l'arrêt, certains ont finalement pu prendre le départ aux alentours de 21 heures, avec parfois plus de trois heures de retard sur l’horaire initial. D'autres ont dû être décalés au lendemain. Certains ont été ramenés chez eux en taxis et  500 nuits d'hôtel ont été payées par la SNCF pour loger une partie des voyageurs. Mais une centaine de passagers, sans solution d'hébergement, se sont réveillés dans un "train dortoir" mis en place vers 2 heures du matin sur un quai par la compagnie ferroviaire. Et pour la plupart, la nuit n'a pas été de tout repos.

Julien, qui voyageait à destination de Lille, est arrivé ce lundi matin avec douze heures de retard. "Je n’ai pas beaucoup dormi. Surtout que je fais 1m90, donc, sur les sièges de TGV, c’est compliqué. Là, je n’ai qu’une envie : rentrer chez moi et prendre une douche", confie le jeune homme. Comme de nombreux voyageurs, il a dû s’organiser en urgence avec son employeur. "J’ai envoyé un message à mon maître de stage à 23 heures pour lui dire que je ne pourrai pas être là à 9 heures. Et du coup, je me suis mis en télétravail", explique-t-il.

Le trafic était revenu à peu près à la normale ce lundi dans la matinée, mais certains trains affichaient encore malgré tout des retards importants. "Le train à destination de Genève a une heure et cinquante minutes de retard. C’est un bon lundi qui démarre, je suis ravi", ironise une voyageuse. En cause, un redémarrage "compliqué du fait de l'accident", les trains de la soirée n'ayant pas pu être acheminés ou préparés comme prévu, indique la SNCF, qui rappelle également que des dédommagements sont prévus en cas de retard ou d’annulation d’un train. 


M.D. | Reportage Julien Cressens, Zack Agili, Bora Agirbasse

Tout
TF1 Info