"Sur Roubaix, des gens sont au courant" : il mène une grève de la faim pour retrouver le chauffard qui a tué ses parents

par La rédaction de TF1info | Reportage Zack Ajili, Sébastien Boey
Publié le 22 février 2024 à 8h00, mis à jour le 22 février 2024 à 9h44

Source : JT 20h Semaine

Franck Furnari est en grève de la faim depuis le 12 février devant l’hôpital de Roubaix (Nord).
Il veut découvrir l'identité du chauffard qui a fauché ses parents, à ce même endroit, en 2018.
Une équipe de TF1 est allée à sa rencontre.

"C'est radical, mais c'est nécessaire", martèle Franck Furnari, 57 ans. Depuis lundi 12 février, cet ancien employé de supermarché au chômage a entamé une grève de la faim devant l’hôpital Provo de Roubaix (Nord), passant ses journées et ses nuits dans le froid. La raison ? Il cherche à savoir qui a tué ses parents, le 11 octobre 2018, devant ce même hôpital. Le couple se rendait à une consultation au sein du service cardiologie. 

Il m'a tué moi aussi quelque part, parce que depuis cinq ans je ne vis plus
Franck Furnari

"L'assassin de mes parents, pour moi, c'est un lâche, c'est une larve. Je reste persuadé que sur Roubaix, des gens sont au courant. C'est obligatoire", avance-t-il dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. Philippe et Agnès Furnari ont été fauchés sur un passage piéton par un chauffard qui a pris la fuite. Un appel à témoins avait rapidement été lancé, mais cinq ans plus tard, l'enquête est toujours au point mort. 

"Il m'a tué moi aussi quelque part, parce que depuis cinq ans, je ne vis plus", se désole Franck, qui n'est cependant pas seul dans son combat. Chaque jour, une infirmière libérale vient vérifier bénévolement son état de santé. "Ne pas manger, ce n'est pas anodin. On perd du muscle, on s'affaiblit, on est fatigué. Donc je préfère contrôler", affirme-t-elle au micro de TF1. "Qui ne peut pas être touché par une telle situation, de perdre ses parents dramatiquement et d'être à la recherche de la vérité ?", s'interroge l'infirmière.

Un rassemblement lundi prochain pour le soutenir

Le combat de Franck est devenu celui de tout un quartier. Les habitants sont à son chevet toute la journée. "Je ne pouvais pas rester sans rien faire. On espère que quelqu'un au final parlera, et que la vérité éclatera", lance un passant. Les policiers recherchent un véhicule de la marque Peugeot 407 (ou 406 coupé) de couleur grise. Ils avaient relancé un appel à témoins en mai dernier.

De son côté, Franck tente également d’obtenir des informations. Il se dit prêt à poursuivre sa grève de la faim pendant plusieurs jours, voire des semaines, afin d'obtenir des témoignages sur ce boulevard qu'il a symboliquement rebaptisé du nom de ses parents. Les communaux du syndicat SUD organiseront un rassemblement lundi 26 février pour le soutenir. 


La rédaction de TF1info | Reportage Zack Ajili, Sébastien Boey

Tout
TF1 Info