Éléonore Laloux mène une vie quasiment normale malgré la trisomie 21.
Cette conseillère municipale à Arras de 38 ans porte plusieurs projets en tant qu'élue et célèbre des mariages.
Une équipe de "Sept à Huit" a suivi celle qui est par ailleurs devenue l'an dernier ambassadrice d'une poupée Barbie porteuse de trisomie.

Éléonore Laloux est la seule élue atteinte de trisomie 21 en France à célébrer des mariages. "C’est un honneur de porter cette écharpe et de célébrer mon deuxième mariage, c’est ma plus grande fierté", affirme dans le reportage à regarder en tête de cet article, diffusé dimanche dans "Sept à Huit", cette conseillère municipale d’Arras (Pas-de-Calais) de 38 ans. Avec le maire de la ville, Frédéric Leturque, ils se répartissent les rôles : à lui la lecture des articles du Code civil, à elle l’échange des consentements. 

À la mairie, Éléonore Laloux est chargée de l’inclusion et du bonheur. Elle militait pour l’intégration des personnes trisomiques dans la société quand le maire d’Arras l’a choisie en 2020 pour figurer sur sa liste. Frédéric Leturque assure que sa présence dans son équipe municipale n’était pas une opération de communication. "C’est une élue qui a sa place dans la vie de la cité et qui apporte ses idées", constate le maire. "Je suis utile et j’existe. Je ne suis pas là pour faire la plante verte", confirme Éléonore Laloux. 

"Brigade anti-connards"

En tant qu’élue à Arras, où elle se rend une fois par semaine à la mairie, elle défend bec et ongles ses projets. La jeune femme a déjà quelques réalisations concrètes à son actif, comme l’installation de feux tricolores avec un décompte du temps d’attente. L'un de ses projets était de mettre en place une "brigade anti-connards" afin de veiller à limiter les incivilités entre habitants. 

Attachante, déterminée, vive et sans filtre : Éléonore Laloux force l’admiration. Son parcours symbolise sa réussite. Alors que la plupart des porteurs de trisomie 21 logent chez leurs parents, elle est indépendante financièrement et vit seule dans l'appartement d'une résidence. Elle file par ailleurs le parfait amour avec Alexis, atteint lui aussi de trisomie. En 2023, elle a été choisie par Mattel pour être l'ambassadrice de la première poupée Barbie trisomique. Assistante à mi-temps dans une clinique, au service facturation, elle gagne 680 euros par mois, plus 615 euros de l’allocation handicapée et 330 euros en tant qu’élue.

Malgré sa trisomie 21, ses parents ont décidé de lui faire suivre un parcours scolaire ordinaire, en école primaire, au collège et jusqu’au BEP, plutôt que dans des établissements spécialisés. Un choix en forme de combat, mais pas sans conséquence face au regard des autres. Emmanuel, son père désormais retraité, a quant à lui créé une association qui se bat pour l'inclusion des trisomiques.


La rédaction de TF1info | Reportage-"Sept à Huit" Nicolas Mondoly et Pierre-François Lemonnier

Tout
TF1 Info