VIDÉO - Sa collection de cartes Pokémon est estimée à... 1 million d'euros

par Virginie FAUROUX | Reportage "Sept à Huit" Sonia Sadone et ses équipes
Publié le 11 janvier 2024 à 18h31

Source : TF1 Info

Romain Chat est l'un des plus gros collectionneurs français de cartes Pokémon.
Une passion enfantine devenue une mine d'or à l'âge adulte, avec une collection estimée à 1 million d'euros.
Le magazine "Sept à Huit" l'a suivi notamment lors d'une vente aux enchères où il a remporté la mise.

C'était le 11 novembre dernier au Vigen, en Haute-Vienne, à quelques kilomètres de Limoges. Romain Chat, l'un des plus grands collectionneurs français de cartes Pokémon, ouvrait en direct sur internet, devant 10.000 personnes et face à une vingtaine de passionnés conviés pour l'occasion, une boîte contenant 36 paquets de cartes "Pokémon Neo Discovery", édition 1, datant de plus de 20 ans. "On est sur une display qui est estimée à peu près à 400.000 euros", lance-t-il dans le reportage de "Sept à Huit" à retrouver en tête de cet article. En 2001, elle ne valait que 120 euros. Mais au vu de sa rareté – c'est le dernier exemplaire au monde, en langue française, à être encore scellé – les compteurs se sont affolés. 

Le moment est grave, l'assemblée retient son souffle. "J'avoue que je tremble un peu", confie le trentenaire. Tous guettent l'apparition d'une carte rare. Comme cette Cizayox estimée à 9.000 euros ou cette Mentali évaluée, elle, à 11.000 euros, qui font pousser des hourras à ces fans. "On est très content. On a eu la deuxième meilleure carte de la série qui est sortie. On est sur un état exceptionnel avec très peu de défauts sur la carte. C'est un moment très rare. Je crois qu'on n'est pas près de le revivre", se réjouit Romain. L'opération est un succès. Le jeune homme vendra une quinzaine de paquets à 10.000 euros l'unité et gardera les autres pour lui.

Il y a des gens qui mettent plus de 300.000 euros dans certaines cartes, mais elles sont très rares et très recherchées.
Romain Chat

Ce phénomène Pokémon a commencé par un jeu vidéo né au Japon en 1996. Puis sortent les fameuses cartes qui envahissent les cours de récré. Un phénomène mondial amplifié par Pokémon Go, un jeu sur téléphone téléchargé plus d'un milliard de fois et des cartes rares, voire extrêmement rares, cachées dans des paquets. Entre l'offre et la demande, certaines peuvent aujourd'hui atteindre plusieurs millions d'euros. Un marché qui explose grâce à des trentenaires nostalgiques, comme Romain.  Ce garçon à l'allure juvénile vit désormais de sa passion. Il y a deux ans, il a ouvert une boutique à Limoges. Ici, en plus des traditionnels jeux de société, on trouve du Pikachu à gogo. À elle seule, la licence japonaise représente 70% des ventes du magasin, avec quelques pépites à 15.000 euros la carte. "Il y a des gens qui mettent même plus de 300.000 euros dans certaines, mais ce sont des cartes qui sont très rares et très recherchées", assure-t-il. 

La plus grande richesse de Romain est à l'abri des regards, dans l'arrière-boutique. Dans un coffre-fort dorment dix ans de collection. Avec une pièce maîtresse : une carte en japonais offerte aux participants du premier tournoi de jeux Pokémon en 1997. "C'est l'histoire de Pokémon. C'est le commencement de Pokémon. C'est vraiment un morceau d'histoire, cette carte. C'est des années de recherches, des mois de négociation. C'est l'histoire d'aller chercher la carte au Japon, la ramener en France. Ça fait partie des très gros objectifs de collection que j'avais. Donc, c'était une grande satisfaction de l'acquérir. Et aujourd'hui, ça vaut une petite fortune. On dépasse les 300.000 euros", raconte-t-il, avec une pointe de fierté. Aujourd'hui, la collection de Romain est estimée à plus d'un million d'euros. 

Mais le jeune homme l'assure : "Ça reste une collection, c'est pas une somme d'argent sur un compte en banque". Car ce passionné de la première heure, qui pourrait s'acheter une maison en bord de mer et, à 30 ans, arrêter de travailler, préfère continuer à compléter sa collection, en courant notamment les ventes aux enchères. Comme en novembre dernier à Reims, où il a acquis un lot de cartes Pokémon pour 41 000 euros. Dernière lubie en date : jouer aux cartes Pokémon. Et pourquoi pas, participer l'été prochain aux championnats du monde à Hawaï. À la clé pour le gagnant ? Plus de 150 000 euros.  


Virginie FAUROUX | Reportage "Sept à Huit" Sonia Sadone et ses équipes

Tout
TF1 Info