Les ostréiculteurs du bassin d'Arcachon ont subi de plein fouet les récentes tempêtes.
À six semaines des fêtes, période durant laquelle ils vendent une grande partie de leur production, la situation inquiète.
Une équipe de reportage de TF1 s'est rendue sur place.

Dans le bassin d’Archon, une course contre-la-montre est engagée pour tenter sauver le maximum d’huîtres. Enterrées dans le sable, les poches d'huîtres pèsent près de 40 kilos. Et il faut les sortir une à une, pendant la marée basse. "Sous le sable, la durée de survie est de trois à quatre jours", explique Mamadou Diallo, ostréiculteur. Au milieu des parcs à huîtres détruits, les allers et retours se font en barque. Tous le savent, même en travaillant sans relâche, une bonne partie de la production sera perdue. Plus de 16.000 poches d’huîtres ont été touchées, soit environ 5% de la production totale du bassin. 

À six semaines des fêtes de Noël, période durant laquelle ils vendent une grande partie de leur production, les ostréiculteurs ont subi de plein fouet les récentes tempêtes. Situé à l'entrée du bassin d'Arcachon, le banc d’Arguin a été coupée en deux, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous. Et les parcs à huîtres, installés dans la partie sud de l'îlot sableux, font face à l’océan. "Le banc de sable s’est percé et donc la mer rentre maintenant sur nos concessions. 90% de la zone a été mangée", constate, amer, Olivier Laban, président du syndicat des ostréiculteurs de Nouvelle-Aquitaine.

Le banc d’Arguin a été coupée en deux. Et les parcs à huîtres, qui se trouvent dans la partie sud, font désormais face à l’océan.
Le banc d’Arguin a été coupée en deux. Et les parcs à huîtres, qui se trouvent dans la partie sud, font désormais face à l’océan. - PHILIPPE HEDELINE @HEDELINEPH

Si les prix ne devraient pas augmenter sur les étals, certains professionnels pourraient se retrouver en grande difficulté. Pour eux, la période de Noël est la plus importante de l’année. "On est sous le choc, la tête dans le guidon, dans l’urgence de sauver ce qu’il y a à sauver et d’être prêts pour les fêtes de Noël. Des huîtres, il y en aura sur les tables, et on va y arriver !", positive Fabrice Vigier, propriétaire du bar à huîtres "La cabane du Routioutiou", à Gujan Mestras (Gironde). En plus des huîtres, il faudra aussi plusieurs semaines afin de nettoyer cette réserve naturelle en face de la dune du Pilat.


M.D. | Reportage vidéo TF1 Yaël Chambon et Christophe Devaux.

Tout
TF1 Info