Le 13H

VIDÉO - Argent public gaspillé : ce pont des Ardennes ne mène... nulle part

TF1 | Reportage Guillaume Gruber, Christophe Hanesse
Publié le 18 novembre 2022 à 16h13, mis à jour le 21 novembre 2022 à 9h29
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Un pont rattaché à aucune route, et qui a coûté trois millions d'euros.
TF1 se penche sur cet exemple édifiant de gaspillage d'argent public.

Aucune voiture n'a jamais emprunté ce pont. Pour cause, depuis sa création il y a cinq ans, il n'a pas été rattaché à la moindre route. Un ouvrage aussi beau qu'inutile, donc. Coût de la construction : 3 millions d'euros. "Pour moi, c'est un gâchis, mais c'est nos élus qui doivent s'occuper du problème", réagit un automobiliste interrogé par TF1 dans le reportage ci-dessus. "Qui va payer les 3 millions d'euros ? Les Ardennais, je suppose", s'offusque une passante. Même son de cloche à la boulangerie : "C'est honteux, c'est quand même de l'argent public. S'il ne sert à rien, je pense que ça a été mal étudié".

Ce pont faisait partie d'un projet de contournement pour désengorger Charleville-Mézières et ses alentours. La passerelle a été construite en premier, mais après une bataille judiciaire de plusieurs années, le Conseil d'État a rendu impossible le reste des travaux. Résultats : du béton pour rien, et des voitures plus nombreuses dans la commune voisine. "Vous avez l’autoroute A304 qui passe là-bas derrière le village, et vous avez l’ex-nationale 43, déclassée en départementale, qui passe au-dessus. Maintenant, nous sommes une bretelle d'accès d’autoroute...", se désole Jean-Luc Flahaut, adjoint en charge de l'aménagement à la mairie de Warcq.

TF1

Le pont perdu à trois millions d'euros a en plus obligé la commune à investir dans des aménagements pour faire ralentir les voitures : 500.000 euros de gâchis supplémentaires. Chaque jour, 6 000 véhicules passent ici. "C'est beaucoup dans des passages qui initialement n'étaient pas prévus pour un tel trafic de voitures. On a des rues qui sont quand même un petit peu étroites", indique la maire de la commune, Marie-Annick Pierquin. 

Le plus étonnant, c'est que les associations qui ont fait annuler le contournement ne demandent pas la destruction du pont. Au contraire, elles veulent le sauver : il pourrait enfin se rendre utile en remplaçant un passage à niveau situé à peine 100 mètres plus loin. "Un tel équipement, c'est une aubaine pour pouvoir effacer complètement ce passage à niveau, qui est dangereux. Si on ne fait rien, oui, c'est du gâchis", estime Claude Maireaux, responsable de l'association "Nature et avenir". Contacté, le conseil départemental n'a pas souhaité répondre aux questions de TF1. Pour l'instant, trouver une utilité à ce pont ne semble pas être une priorité.


TF1 | Reportage Guillaume Gruber, Christophe Hanesse

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info