Le 20h

Il lègue tout à une fondation : le beau geste du patron d’un des campings les plus prisés de France

M.D. | Reportage TF1 Julien Roux, Olivier Cresta
Publié le 3 mai 2022 à 11h46
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Il aurait pu gagner plusieurs dizaines de millions d'euros en cédant son établissement à un fonds de pension.
Sans héritier, le propriétaire d'un camping 5 étoiles de Canet-en-Roussillon a choisi de léguer son bien à une fondation.

Il a fait prospérer la petite affaire familiale jusqu’à en faire l’un des campings les plus en vogue de la région. À 73 ans, Roger Pla continue de veiller sur "Le Brasilia" à Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales). L’établissement, aujourd’hui classé 5 étoiles, est estimé à 40 millions d’euros. L’œuvre de toute une vie, dont l’histoire a débuté il y a 60 ans lorsque son père, agriculteur de profession, a décidé d’accueillir des campeurs sur ses parcelles en bord de mer. 

La clientèle, composée essentiellement d’ouvriers et de mineurs du nord de la France à l'époque, a bien changé depuis, et ses exigences aussi. "On est passé de la tente au mobilum, puis du mobilum au chalet. Aujourd’hui, on propose des hébergements avec quatre chambres et trois salles de bain", raconte le chef d'entreprise. L’endroit, assure Roger Pla, a cependant conservé l’esprit du camping. "Mon entreprise, c’est mon bébé. Et mes employés, c’est ma famille", résume-t-il.

Une entreprise, ce n’est pas que la restitution de dividendes aux actionnaires.

Roger Pla, le propriétaire du "Brasilia"

Sans descendance à qui transmettre cet héritage familial, Roger Pla a été approché par des fonds de pension qui voulait mettre la main sur son camping. Une option que le patron du Brasilia a toujours écartée. "J’ai toujours dit,e le Brasilia n’est pas à vendre, tranche le propriétaire. Une entreprise, ce n’est pas que la restitution de dividendes aux actionnaires. C’est aussi une responsabilité, et notamment vis-à-vis de notre personnel." 

Dans ce camping, 25 employés travaillent tout au long de l’année, auxquels s’ajoutent 150 saisonniers à la haute saison. Roger Pla a donc décidé de créer une fondation. Elle sera chargée d’assurer la gestion de l’établissement après le départ du propriétaire. "Je trouve ça honorable de sa part de ne pas vendre le camping à des gens qui n’auront en tête que le chiffre d’affaires", souligne Dorian, animateur au Brasilia. 

Lire aussi

Roger Pla veut que son camping garde une âme. "J’ai souhaité mettre l’humain au centre des préoccupations, aussi bien le personnel que les clients", explique le chef d'entreprise. La fondation œuvrera également pour le département. Elle aura notamment pour mission d’aider des enfants défavorisés à partir en vacances. Et aussi de financer des projets pour valoriser le patrimoine. 

Un village de pêcheurs avec des cabanes en bois, situé à deux pas du camping, va ainsi pouvoir être restauré. S’il prépare sa succession, le capitaine du "Brazilia" ne lâche pas la barre pour autant. Pas question, assure-t-il, de prendre sa retraite, en tout cas dans l'immédiat. 


M.D. | Reportage TF1 Julien Roux, Olivier Cresta

Tout
TF1 Info