VIDÉO - Flambée des prix : ces supermarchés qui posent des antivols sur la nourriture

par La rédaction de TF1info | Reportage Imane Rachati, Anne Barrier
Publié le 17 mars 2023 à 15h47

Source : JT 13h Semaine

Avec l’inflation, les vols de nourriture sont en hausse.
Les grandes enseignes minimisent l’ampleur du phénomène, mais on voit de plus en plus apparaître dans les supermarchés des antivols sur la viande ou le poisson.
Une nouveauté qu’a constatée une équipe de TF1.

Un dos de cabillaud à 4,96 euros, des côtes de porc à 5 euros, des saucisses à 11,67 euros... À quoi sert l'étiquette collée derrière ces produits alimentaires ? C'est la question que pose notre équipe dans le reportage ci-dessus, en se rendant dans un supermarché d'Île-de-France. "C'est un code, certainement pour les caissières", répond une femme. Elle se trompe : ce sont bien des étiquettes antivols qui sont posés sur des produits ordinaires. 

"C'est des saucisses, pas du caviar ou du champagne...", s'étonne une consommatrice en se disant "choquée". De plus en plus de supermarchés ont pourtant désormais recours à cette méthode, comme l'a assuré début mars Thierry Cotillard, président de la société Les Mousquetaires (Intermarché, Netto, Bricomarché), sur RMC : "La nouveauté, c'est qu'on 'antivole' la viande, le poisson emballé, et ça, c'est nouveau, on ne le faisait pas il y a deux, trois ans".

"C'est le coup du radar au bord de la route"

"Ça prouve que les gens volent de plus en plus, qu'ils ont de plus en plus de mal à se payer ce genre d'aliments", réagit un jeune dans notre reportage. Les vols à l'étalage ont en effet augmenté de 14,77% l'an dernier par rapport à 2021, selon les données du ministère de l'Intérieur. Plusieurs explications sont possibles. L'inflation d'abord, qui a atteint 6,3% en février sur un an en France, tirée par l'envolée des prix des produits alimentaires (+14,8% sur un an). Mais aussi la multiplication ces dernières années des caisses automatiques, qui facilitent le chapardage. 

Toutes contactées, les grandes enseignes n'ont pas souhaité nous répondre. Mais leurs clients sur les réseaux sociaux s'étonnent même de voir certains produits dans des boîtes en plastique scellées, comme le montre la photo ci-dessous :

undefinedundefinedTF1

Les systèmes de sécurité sont nombreux. Un fabricant d'antivols que notre équipe rencontre à Châteauroux a vu ses commandes doubler en un an. Il y a quelques années, il ne produisait pas d'antivol sur les produits alimentaires. Actuellement, cela représente 10% de son chiffre d'affaires. Pour lui, ces dispositifs ont une vertu pédagogique. "Quand je mets un accessoire sur mon café qui est le plus volé, je dis à mon client, que je veux garder comme client, 's'il te plaît celui-là, faut pas me le voler', explique-t-il. C'est le coup du radar au bord de la route. Il y a un radar, je fais attention, je ralentis".

Contacté par l'AFP ce vendredi, le porte-parole de Système U minimise toutefois le phénomène des vols de nourriture. "Chez nous - on a quand même 1.600 magasins - il n'y a pas d'explosion des vols à l'étalage", affirme Thierry Desouches. Ces vols "restent des exceptions et laisser penser que ces exceptions sont la norme est dangereux", estime-t-il, soulignant que dans le réseau de Système U, les principaux vols restent ceux d'alcools et de jeux vidéo. Au début du mois sur Franceinfo, Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique des centres E.Leclerc, avait lui aussi qualifié le phénomène de "marginal", jugeant que le vol à l'étalage "n'est pas un sujet".

"Je ne vois pas forcément plus de gens voler qu'avant, mais les vols concernent davantage de l'alimentaire", indique de son côté ce vendredi à l'AFP la responsable d'un grand centre Leclerc dans le Nord, qui dit n'avoir "jamais vu autant de vols sur l'alimentaire", surtout des produits frais comme la viande et le poisson. Dans son supermarché, il a été "envisagé de mettre les steaks hachés sous boîte comme on le fait pour le caviar. Mais c'est beaucoup trop cher", selon elle. Le magasin s'est donc rabattu sur des étiquettes antivols.


La rédaction de TF1info | Reportage Imane Rachati, Anne Barrier

Tout
TF1 Info